#01 Sélection internationale

Patrick

Luke Fowler

2020Royaume-Uni21 min

Évocation de la vie du producteur musical Patrick Cowley avec pour toile de fond le charme postindustriel de South of Market, un quartier gentrifié de San Francisco autrefois célèbre pour ses discothèques et ses bars gays, comme une sorte de quête pour retrouver l’énergie de Cowley qui subsisterait encore en ces lieux.

_____

Le générique dépose le prénom sur une bande de sable, frôlée par l’écume – on aurait aussi bien pu y dessiner ce prénom, Patrick, avec la main. Sur les images carrées, oranges d’aube ou de crépuscule, on entend les vagues qui sont la cause de l’écume et qui grondent de plus en plus fort, mais ce ne sont pas des vagues, du moins pas des vagues d’eau. C’est le début d’un morceau, « Sea of China », écrit en 1980 par Patrick Cowley, météore adulé pour ses prouesses synthétiques au service du disco, compositeur pour films porno gay, musicien génial mort à 32 ans du Sida – il fut l’un des premiers. La vague, c’est donc une poignée d’ondes travaillées par Cowley dans un synthétiseur modulaire, et le film (intégralement bercé par sa musique) la recueille comme si elle avait fait le voyage depuis les années 1970 pour retrouver le paysage où elle fut composée. Le geste impressionniste qui guide les beaux portraits réalisés par Luke Fowler révèle ici tout son pouvoir d’invocation. Dans les lieux ou les objets filmés à San Francisco, où est née l’œuvre de Cowley, Patrick cherche d’abord les traces d’un passage. Cela explique son goût des mots gravés dans le bois, des graffitis ou des prénoms dans le sable, et le sentiment de trouver moins, dans ces lieux et ces objets, des souvenirs qu’une onde résiduelle, une fréquence discrète amplifiée par le grain du 16 mm et les mots de Maurice Tani, proche collaborateur de Cowley. Après tout, Edison, ayant inventé le cinéma, avait passé le reste de sa vie à essayer de fixer la voix des esprits.

Jérôme Momcilovic

  • Luke Fowler, né en 1978, est un artiste, réalisateur et musicien écossais ayant élaboré un art à la fois singulier et collaboratif, poétique et politique, structural et documentaire, qui possède une dimension d’archivage tout en restant profondément humain. Ses films en 16 mm, qui s’intéressent tout particulièrement aux communautés de personnes, aux penseurs marginaux et à l’histoire de la gauche, retracent l’histoire des mouvements alternatifs en Grande-Bretagne, de la psychiatrie à la photographie, en passant par la musique et l’éducation. Si certains de ses premiers films avaient comme sujet la musique et les musiciens, c’est le son en lui-même qui est devenu un thème central de ses œuvres plus récentes. (Maria Palacios Cruz)
    © Margaret Salmon

Production, image, son, montage : Luke Fowler
Musique : Patrick Cowley - courtesy of Dark Entries Records
Press Kit

Dans la même section

Odoriko

Yoichiro Okutani
2020Japon, États-Unis, France114 min

Figure Minus Fact

Mary Helena Clark
2020États-Unis13 min

Landscapes of Resistance

Marta Popivoda
2021France, Serbie, Allemagne95 min