Aller au contenu

Front(s) Populaire(s)

“Agitez vous, car nous aurons besoin de notre enthousiasme ; organisez vous, car nous aurons besoin de notre force ; étudiez car nous aurons besoin de notre intelligence”

Antonio Gramsci dans Ordine Nuovo – 1919

___

Antonio Gramsci nous donne une ligne de conduite active, optimiste et valeureuse « pour nous mettre à l’abri de la destruction des relations humaines » dirait Hanna Arendt, et ainsi « nous mettre à l’abri de la destruction du monde ». Sans savoir si le cinéma peut encore être une arme de combat face à la répression des plus faibles et l’horreur guerrière, il nous semble tenir en éveil notre esprit de lutte, notre désir de commun et notre capacité à penser autrement. Le cinéma peut être le lieu d’une contre-histoire. Pour cette nouvelle édition de Front(s) Populaire(s) nous avons choisi des films qui nous semblent avoir été conçu entre réflexion, action politique et mémoire. Des films où, face à la violence, le geste cinématographique est à la fois celui du témoin mais aussi une reconfiguration du champ de la mémoire, celui du partage de nouveaux principes d’intelligibilité. Chacun et ensemble.


Samedi 23 mars | 19h30

L’Évangile de la révolution de François-Xavier Drouet

Produit par L’Atelier documentaire, Need productions
2023 | France, Belgique | 115′

Les révolutions en Amérique latine au XXe siècle doivent beaucoup aux millions de chrétiens engagés dans les luttes politiques au nom de leur foi, qui ont défié les régimes militaires et les oligarchies. Je pars à la rencontre de ceux qui y voyaient l’avènement du Royaume de Dieu.

Suivi d’une discussion avec François-Xavier Drouet et Michael Löwy, sociologue, directeur de recherche au CNRS


Dimanche 24 mars | 18h30

Guerilla des Farc, l’avenir a une histoire de Pierre Carles

Produit par C-P Productions
2023 | France | 143′

L’incroyable évolution d’une organisation de guérilla luttant contre l’État colombien depuis les années 60 : de la persécution et de la diabolisation au désarmement et au retour à la vie civile, non sans difficultés.

Suivi d’une discussion avec Pierre Carles, Stéphane Goxe, co-auteur du film et Pascale Mariani, journaliste à Mediapart et France 24


Lundi 25 mars | 19h30

Se souvenir d’une ville de Jean-Gabriel Périot

Produit par Alter Ego Production, Alina Films, Kumjana Novakova, Pravo Ljudski
2023 | France | 109′

Le siège de Sarajevo a duré d’avril 1992 à février 1996. Les jeunes hommes de la ville ont été mobilisés; des jours où certains d’entre eux ont choisi de prendre leur caméra pour conter par l’image la violence qui s’abattait sur eux. 30 ans après, quel regard ces cinéastes portent-ils sur leurs images d’alors ?

Suivi d’une discussion avec Jean-Gabriel Périot, et Pablo La Parra Perez, chercheur en cinéma


Mardi 26 mars | 19h30

Terla ta nou de Cécile Laveissière et Jean-Marie Pernelle

Produit par En Quête Prod
2024 | France | 78′

C’est le dernier rond-point occupé de France, au Sud de l’île de La Réunion, il est occupé par une communauté de militants et de militantes. Encerclés par le flux incessant des voitures, ils débattent d’écologie, de la question décoloniale et agissent pour la souveraineté et l’autonomie alimentaire.

Suivi d’une discussion avec Cécile Laveissière et Jean-Marie Pernelle


Mercredi 27 mars | 21h

Point virgule de Claire Doyon

Produit par Claire Doyon
2023 | France | 11′

À partir d’images tournées en super 8, et d’un texte de Silvia Federici, tiré de son livre Par-delà les frontières du corps, le film interroge la façon dont le travail transforme nos corps en matière productive.

La Concorde de Sylvestre Meinzer

Produit par Sylvestre Meinzer
2023 | France | 4′

Le 30 juin 2023, place de la Concorde, trois jours après la mort de Nahel M. a lieu une manifestation spontanée contre les exactions manifestes de la police. La Concorde a une histoire. Le lieu est un symptôme des excès comme des mensonges des gouvernements successifs. De concorde il n’y a pas. Et pourtant…

Des cris déchirent le silence de Natacha Thiéry

Produit par Natacha Thiéry
2023 | France | 55′

Un activisme inédit se déploie sur les murs par des collages au code graphique identique, saisis en quatre années de luttes féministes et antifascistes (fin 2019-fin 2023). Gestes politiques, individuels et collectifs, cris de révolte contre le patriarcat systémique, ils modifient à vue l’espace public comme les subjectivités.

Suivi d’une discussion avec Natacha Thiéry, Claire Doyon, Sylvestre Meinzer et Hélène Fleckinger, chercheuse spécialisée dans les pratiques militantes du cinéma et les questions de genre


Jeudi 28 mars | 19h30

Far From Michigan de Silva Khnkanosian

Produit par La Huit Production, Cined Production, Margins Media, Fotogram
2023 | France, Arménie | 77′

L’Arménie et l’Azerbaïdjan sont engagés dans un conflit multiséculaire. Une guerre éclate à nouveau à l’automne 2020. À Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, les civils se terrent dans les caves. Personne ne songe à la défaite. Après 44 jours, la radio annonce la capitulation de l’Arménie.

Suivi d’une discussion avec Silva Khnkanosian, Claire Mouradian, historienne spécialisée dans l’histoire de l’Arménie, Vadim Kamenka, journaliste, chef du service étranger à L’Humanité


Vendredi 29 mars | 19h30

No Other Land de Basel Adra, Hamdan Ballal, Yuval Abraham et Rachel Szor

Produit par Yabayay, Antipode Films
2024 | Palestine, Norvège | 96′

Basel, jeune militant palestinien en Cisjordanie, lutte depuis son enfance contre l’expulsion de sa communauté par les autorités israéliennes. Il documente l’éradication progressive des villages, alors que les soldats déployés par le gouvernement israélien démolissent les maisons et chassent leurs habitants.

Suivi d’une discussion avec Basel Adra et Yuval Abraham, Charlotte Schwarzinger et Marion Slitine, enseignantes-chercheuses à l’EHESS


Samedi 30 mars | 14h

Que peut le cinéma au XXIe siècle ?

Discussion modérée par Raphaël Nieuwjaer, critique aux Cahiers du cinéma.

Avec les cinéastes Basel Adra et Yuval Abraham (sous réserve), Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, Avi Mograbi, Mohanad Yaqubi, ainsi que Marie-José Mondzain, philosophe. Et la projection en avant-première française de Cosmocide, de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval.

Les guerres meurtrières en Afrique, la Syrie, le Donbass, l’Ukraine, le Haut Karabach, la Palestine, la répression des plus faibles, l’horreur guerrière : au XXIe siècle que peut le cinéma dans la sur-combustion planétaire que nous vivons ? Au cœur des enjeux cinématographiques, la représentation peut-elle nous aider à appréhender autre chose que le seul événement ? À quoi servent les films ? Et cette combustion, ces guerres, ces violences, ces destructions, ne transforment-elles pas aussi le cinéma ? Un questionnement en compagnie de cinéastes qui sont eux-mêmes confrontés à ces questions de manière de plus en plus aigüe.

Cosmocide de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval

Produit par Perspective Films, NKEP (Mata Atlantica) | 2023 | France | 28′

Entre barbelés et rivages invisibles, les réalisateurs s’interrogent sur les turbulences de notre époque et réaffirment leur foi en l’image comme force transformatrice et inédite de ce monde. (Victor Morozov)


Samedi 30 mars | 16h30

Les 54 premières années – Manuel abrégé d’occupation militaire d’Avi Mograbi

Produit par Les Films d’Ici
2021 | France, Allemagne, Finlande, Israël | 110′

Quelle est la signification d’une occupation militaire ? À travers les témoignages des soldats qui l’ont mise en œuvre, le réalisateur Avi Mograbi explique le fonctionnement, la logique, les pratiques d’une occupation colonialiste.

Suivi d’une discussion avec Avi Mograbi


Samedi 30 mars | 21h

R21 AKA Restoring Solidarity de Mohanad Yaqubi

Produit par Idioms Film, Escautville, Sak a Do, Kitchen BXL
2022 | Palestine, Belgique, Qatar | 68′

Les Tokyo Reels sont une collection de 20 films 16 mm. Ils ont été conservés à Tokyo par le mouvement japonais de solidarité avec la Palestine entre les années 1960 et 1980. La restauration de ces films fait resurgir les motivations, les aspirations et la disparition d’une génération et de ses luttes.

Suivi d’une discussion avec Mohanad Yaqubi