#02 Sélection française

Un souvenir d’archives

Christophe Bisson

2021France45 min

En l’Abbaye d’Ardenne, dans la salle de lecture de l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC), Isabelle Ullern ouvre une à une les boîtes contenant les archives de Sarah Kofman.
Avec elle, nous plongeons dans l’œuvre et la vie de cette philosophe française qui, terrassée par la dépression après avoir publié son récit d’enfant Juive traquée sous l’Occupation, mit fin à ses jours en octobre 1994. Au fil de l’ouverture des boîtes, l’archiviste « ventriloque » les voix de la philosophe absente.

___

On ne verra pas grand-chose de la salle de lecture de l’Abbaye d’Ardenne, la caméra de Christophe Bisson est ici en quête de détails minuscules. Elle accompagne la recherche tâtonnante d’Isabelle Ullern, archiviste. La caméra agit comme une loupe et consulte au plus près les éléments qu’elle découvre. Elle suit les mains patientes qui explorent les matériaux libérés de l’archive enfin ouverte. La vision est trouble, tremblante, mais alerte pour que la netteté s’opère sur les mots barrés, les ratures, les annotations ou les gribouillages. Le film est un relais : le cinéaste suit une femme au travail, elle-même en exploration des étapes de travail d’une autre femme, la philosophe Sarah Kofman. Le plongeon dans l’imperceptible accompagne les états qui ont précédé son dernier ouvrage. Ce travail nécessite une curiosité insatiable pour trouver l’or que peut contenir une rature ou un mot en marge. Dans un silence tendu, Isabelle Ullern confie ses impressions et confesse, absorbée, les fulgurances accordées par cette recherche. Son cheminement invite à traquer le détail et à laisser le carnet d’adresse et les documents administratifs nous dire la préciosité du presque rien. Ils feront doucement glisser le film, cédant à un voyeurisme envoûtant, vers un fascinant portrait de Sarah Kofman. La recherche, d’apparence infertile, archive le souvenir et raconte une femme entre les lignes hissées par une autre. 

Clémence Arrivé

  • Né en 1969, Christophe Bisson vit et travaille à Caen. Après un parcours universitaire en philosophie, il se consacre aux arts plastiques et participe à de nombreuses expositions personnelles en France et dans le monde.
    En 2007, avec Maryann De Leo, il réalise le documentaire White Horse, remarqué dans les festivals internationaux. Nominé pour un Ours d’Or à la Berlinale, le film sera diffusé sur HBO. Cette première expérience de cinéma marque une véritable bifurcation biographique : Christophe Bisson cesse peu à peu de peindre pour se dédier uniquement au cinéma à partir de 2009.
    Depuis lors, il mène en parallèle un cycle basé sur des textes littéraires (Isaïe 43-44, Feast of Crispian, Entrée des écuyères et des tigres…) et un cycle qui interroge la norme à travers la pathologie (Road Movie, Au Monde, Sfumato…).
    Ses films sont montrés à la télévision (HBO, Canal+) et dans des festivals français et internationaux (Viennale, Cinéma du Réel, FIDMarseille…).

Production : Triptyque Films
Scénario : Christophe Bisson avec la participation d'Isabelle Ullern
Image, son : Christophe Bisson
Montage : Claire Atherton
Press Kit

Dans la même section

Un monde flottant

Jean-Claude Rousseau
2021France56 min

Avant que le ciel n’apparaisse

Denis Gheerbrant
2021France85 min

Un mal sous son bras

Marie Ward
2021France16 min