#02 Sélection française

Un monde flottant

Jean-Claude Rousseau

2021France56 min

Entre pluie et éclaircies, sur les pas d’Ozu dans le Japon d’aujourd’hui, des figures croisées, des rencontres sans paroles… Aussi quelques secousses, un tremblement du sol qui n’interrompt pas le cours du film. Et juste pour faire histoire : l’oubli d’un parapluie dans une chambre d’hôtel.

_____

Ne pas laisser transparaître la pauvreté sur son visage, mais se laisser plutôt dériver comme une calebasse sur la rivière. Ainsi l’écrivain japonais Asai Ryoi décrivait-il au dix-septième siècle l’acception moderne du concept de monde flottant (ukiyo), encourageant son lecteur à abandonner l’espoir d’une récompense dans l’au-delà et à se saisir des plaisirs du présent. Jean-Claude Rousseau répond ici à cet appel, lui qui écrit par exemple dans Les Draps pliés du grand lit récemment paru aux éditions de l’Œil : « Rien de l’avenir n’est plus sûr que la mort. La plus parfaite, la plus définitive certitude. Et cependant la pensée vacille devant la mort ; en être assuré ne nous rassure pas. » Sous-titré « esquisses et croquis », ce troisième film tourné au Japon après Arrière-saison et Si loin, si proche (2016)puise sans mystère dans la tradition picturale de l’ukiyo-e. On pourra ainsi reconnaître Hokusai dans ses multiples vues du mont Fuji, ou Hiroshige dans ses paysages enchanteurs peuplé de petits personnages, bois de Nara où brament des cerfs aux bois mutilés, ponts suspendus au-dessus d’étangs pour la photo des jeunes mariés. De même, la structure du film reste fidèle à la route du Tokaïdo qui a fourni au genre ses motifs, accordant le long de lignes ferroviaires des vues de villes distantes, brèves comme un souffle, montées comme des battements de paupière. Mais c’est évidemment d’une relation plus essentielle et directe à l’art qu’Un monde flottant participe pleinement. Vivacité du trait, goût de la chronique, allégresse et inquiétude, un assentiment à l’impermanence des choses qui transparaît dans ces mouvements accidentels ou délibérés qui font vaciller les corps et les images, et qui leur donnent leur véritable justification. « Pas de nécessité à créer sans déséquilibre » ; « la création, en art, n’est qu’une suite de rétablissements ».

Antoine Thirion

  • Jean-Claude Rousseau, né à Paris, vit à New York dans les années 70. Il y découvre le cinéma d’avant garde en même temps que les films d’Ozu. En 1980 il termine l’écriture d’un scénario, Le Concert champêtre, et réalise ses premiers films. Après Les Antiquités de Rome, La Vallée close est son deuxième long métrage. Sélectionné par le festival de Locarno, il obtient le grand prix du documentaire à Belfort en 1999. En 2001 un hommage lui est rendu à la Mostra de Venise, suivi d’une rétrospective au festival de Jeon Ju. De son appartement reçoit le Grand Prix de la compétition internationale au FidMarseille en 2007. La même année, la Villa Medicis l’accueille à Rome pour un programme complet de ses films.

Production, image, son, montage : Jean-Claude Rousseau
Press Kit

Dans la même section

Random Patrol

Yohan Guignard
2021France30 min

Corps Samples

Astrid de la Chapelle
2021France14 min

Incandescence des hyènes

Nicolas Matos Ichaso
2021France54 min