#01 Sélection internationale

Prix de la Musique Originale (SACEM) 2021

Rock Bottom Riser

Fern Silva

2021États-Unis70 min

Tandis que la lave continue à jaillir du centre de la terre sur l’île d’Hawaï – présentant un péril imminent –, une crise couve. Des astronomes prévoient de construire le plus grand télescope au monde sur Mauna Kea, la montagne la plus sacrée et la plus vénérée d’Hawaï. En se basant sur l’histoire séculaire de la navigation polynésienne, sur l’arrivée des missionnaires chrétiens, ainsi que sur la capacité de l’observatoire à rechercher les origines de l’univers, le film s’intéresse à l’influence du colonialisme, à la recherche de formes de vie intelligentes et à la découverte de nouveaux mondes, tout en observant attentivement l’existence de notre propre planète.

____

Aucune trace de Bill Callahan dans la bande-son de Rock Bottom Riser, bien que Fern Silva ait repris à l’une de ses chansons le titre de son premier long métrage, où vapeurs, fumées, éruptions et autres phénomènes pyroclastiques tiennent une place prépondérante. Ce sont Simon et Garfunkel qu’on entend à la place chanter ce refrain – « I am a rock, I am an island » – que le film semble alors reprendre à son compte. Refrain facétieux, car si nul homme n’est une île, nulle île ne saurait nier ses relations d’interdépendance : la connaissance de ces relations définit précisément l’intelligence insulaire. C’est le nœud complexe de ces relations qui attirent Fern Silva à Hawaï, au moment où un télescope de trente mètres, fruit d’une coopération internationale au montant astronomique, menace de s’installer sur la montagne sacrée de Mauna Kea, et rencontre une forte opposition locale dont l’acteur Dwayne Johnson – The Rock – se fait le porte-voix, revêtant sans doute déjà un peu l’habit du roi Kamehameha qu’il s’apprête à jouer dans un prochain film de Robert Zemeckis. Le film entier est à l’image de l’extraordinaire palimpseste de cette situation. S’appuyant sur les savoirs ancestraux de la navigation polynésienne, le récit des missions d’évangélisation, les recherches d’intelligences extraterrestres et d’autres planètes habitables conduites par l’observatoire à mesure qu’un manteau de lave menace toujours plus de recouvrir les plaines habitées, Rock Bottom Riser explore le syncrétisme d’Hawaï et l’influence d’un colonialisme renouvelé par la science, sous la forme d’un flot continu qui transforme ses différents fragments en un seul bijou rougeoyant.

Antoine Thirion

____

Lire l’entretien avec le réalisateur sur le blog Mediapart de Cinéma du réel 

  • Fern Silva (né en 1982, États-Unis/Portugal), est un artiste qui a commencé à travailler en tant que monteur et caméraman à New York. Si ses premiers films abordaient la relation qu’il entretenait avec le Portugal, il a ensuite élargi sa focale en soulignant l’influence de l’industrie sur la culture et sur l’environnement au niveau mondial. Pendant plus d’une décennie, ses films en 16 mm ont été projetés dans de nombreux festivals, musées et cinémathèques. Son œuvre a été primée à l’Images Festival (prix du jury), au Ann Arbor Film Festival (prix Gus Van Sant), au Festival 25FPS (Grand Prix), et plus récemment le prix Agora de la post-production au Festival international du film de Thessalonique. Son travail a été présenté dans des publications telles que Cinema Scope, Filmmaker Magazine et Film Comment. Il a enseigné le cinéma dans différentes institutions telles que l’université d’Illinois à Chicago, Bard College et Bennington College. Il a étudié le cinéma au Massachussetts College of Arts et à Bard College ; il est par ailleurs membre du Film Study Center de l’université d’Harvard.

Production, image, son, montage : Fern Silva
Musique originale : Sergei Tcherepnin
Musique originale additionnelle : Lea Bertucci
Press Kit

Dans la même section

Landscapes of Resistance

Marta Popivoda
2021France, Serbie, Allemagne95 min

The I and S of Lives

Kevin Jerome Everson
2021États-Unis7 min

Tellurian Drama

Riar Rizaldi
2020Indonésie26 min