#01 Sélection internationale

Figure Minus Fact

Mary Helena Clark

2020États-Unis13 min

La nuit, comme le deuil, reconstruit l’espace par l’absence : les formes au seuil de la perception amplifient l’ouïe et le toucher. Lorsqu’une personne meurt, on est tiré vers le concret et le tangible, mais l’incrédulité crée un univers d’objets incertains.

___

La vie organique, figée dans une vue en coupe grossie au microscope, s’expose au son d’une note machinique. Puis un mot manuscrit émerge du flou : « Ne parle pas, sauf si cela peut parfaire le silence. » Figure Minus Fact se nourrit de tels paradoxes pour en produire à son tour. Le dessin coloré initial pourrait aussi bien être une image scientifique qu’une œuvre d’art abstrait. Des cloches sonnent sur l’image d’une cloche fixe, qui ne se met en branle que lorsqu’elle sort du champ. Le mouvement est lancé et déjà stoppé, ou bien l’inverse. Mary Helena Clark procède par décontextualisation et rapprochements pour tracer des chemins inattendus entre les êtres. Ses images s’enchaînent selon une logique à construire à tâtons, en se laissant pénétrer par les émotions délicates que suscitent ses images, où les choses sont dépouillées de l’évidence qui caractérise si souvent leur apparition. Les textures sont hétérogènes, et donc apparentes. Le bleu qui teinte certains plans évoque une nuit américaine trop intense, dont l’effet d’illusion serait raté, mais mimant, de la nuit, le potentiel de transfiguration. Un paysage est mis en mouvement par la rotation d’une caméra. Le cinéma rebat les cartes. Le film procède d’un rapport phénoménologique au monde : il s’ancre dans le corps qui le saisit, par machine interposée. Il dessine alors un mouvement de balancier entre la communion avec le règne naturel et la distance qui s’impose quand le cours de la vie est contrarié. Lorsque la vue microscopique revient au terme du film, les traits des cellules sont attaqués par le flou, avant de laisser place à un implacable monochrome.

Olivia Cooper-Hadjian

  • Mary Helena Clark est une artiste qui travaille à la fois sur des films, des vidéos et des installations. Ses œuvres ont été présentées au MIYT List Visual Arts Center, à ICA London, au Museum of Contemporary Art de Détroit, au Künstlerhaus de Stuttgart, à la Biennale Whitney 2017, ainsi que dans d’importants festivals du film tels que ceux de Rotterdam, de New York, de Hong Kong, de Toronto et de Vienne.

Production : Mary Helena Clark
Image, son, montage : Mary Helena Clark
Press Kit

Dans la même section

End of the Season

Jason Evans
2020États-Unis13 min

Patrick

Luke Fowler
2020Royaume-Uni21 min

Landscapes of Resistance

Marta Popivoda
2021France, Serbie, Allemagne95 min