#01 Sélection internationale

earthearthearth

Daïchi Saïto

2021Canada30 min

L’aube point où la terre est chair,
Où les os sont échos ;
Tu as survécu à des extinctions –
D’étoiles, de cieux, de sable, de mers ;
Enfin le futur nous rattrape,
Et tous les morts sont devant nous.

____

Cinéaste expérimental japonais basé à Montréal, où il a cofondé le Double Negative Collective, Daïchi Saïto fut l’un des trois artistes invités par la curatrice canadienne Oona Mosna à filmer dans la Cordillère des Andes au sein d’Underground Mines, un programme dont est déjà issu Altiplano de Malena Szlam (Cinéma du Réel 2019). Non moins somptueux, earthearthearth adopte une stratégie formelle très différente, préférant la majesté statique des paysages en 35 mm à leurs particularités géologiques. Cinq années ont été nécessaires pour que le film émerge des secrets et des contingences du travail photochimique. C’est dire toute la prudence que l’idée du paysage inspire au cinéaste ainsi que sa curiosité pour ce qu’il recèle et donne à sentir, sa réticence à en représenter simplement la beauté pour la reconduire plutôt dans la matière même de la pellicule. Saïto revendique la planéité haptique de l’image, où la crête des montagnes divise des masses vibrantes. Les images sont comme des morceaux prélevés dans la roche, longuement soumises à des processus chimiques analogues à ceux qui érodent la terre. Offertes comme dans Engram of Returning (2015) à l’improvisation structurelle du saxophoniste Jason Sharp, qui utilise la cadence de son rythme cardiaque et agit en retour sur lui à travers une pratique de respiration circulaire, elles forment une méditation impressionnante et hypnotique sur l’instabilité de la matière, le devenir de la terre et la nécessité de penser les choses en relation. 

Antoine Thirion

  • Originaire du Japon, Daïchi Saïto est un cinéaste qui vit à Montréal, où il a cofondé le collectif d’artistes cinématographique Double Negative. Son film Trees of Syntax, Leaves of Axis (2009) a été classé parmi les 150 œuvres essentielles de l’histoire du cinéma canadien par le Festival international du film de Toronto en 2016. Avec Engram of Returning (2015), Saïto a remporté le Tiger Award du court-métrage au Festival international du film de Rotterdam. Son recueil de courts textes en prose, Moving the Sleeping Images of Things Towards the Light, a paru chez Le laps, à Montréal.

Production : Daïchi Saïto, Oona Mosna
Image, montage : Daïchi Saïto
Improvisation sonore : Jason Sharp
Press Kit

Dans la même section

The Filmmaker’s House

Marc Isaacs
2020Royaume-Uni75 min

Flowers Blooming in Our Throats

Eva Giolo
2020Italie9 min

Patrick

Luke Fowler
2020Royaume-Uni21 min