LES SALLES

  • Centre Pompidou
    Entrée rue St Merri, le long de la façade sud  du bâtiment, pendant toute la durée du festival
    Cinéma 1 – Cinéma 2 – Petite salle – Grande salle
  • Forum des images
    Forum des halles, 2 rue du cinéma, Paris 1er
    Salle 100 – Salle 300 – Salle 500
  • Le Luminor Hôtel de Ville
    20 rue du Temple, Paris 4e
    Grande salle
  • MK2 Beaubourg
    50 rue Rambuteau, Paris 3e
    Salle 1
  • Centre Wallonie Bruxelles
    44 rue Quincampoix Paris 4e

LES TARIFS

La billetterie en ligne sera ouverte à partir du 4 mars.
– Centre Pompidou : billetterie.centrepompidou.fr
– Forum des images : forumdesimages.fr
– Luminor Hôtel de Ville : luminor-hoteldeville.com/reserver/
– MK2 Beaubourg : mk2.com/reservation
Vous pouvez aussi réserver vos places directement sur l’application Cinéma du réel, disponible sur Apple Store et Google Play.

Tarif plein : 6€
Tarif réduit : 4€ (conditions de la salle de projection) / 5€ et 4€ pour le Forum des images

Carnet de 10 séances : 29€
Attention : Les carnets sont exclusivement en vente aux caisses du Centre Pompidou à partir du 4 mars et jusqu’au mercredi 18 mars au soir.
Ils sont acceptés dans toutes les salles du festival.
Ils sont à échanger contre une contremarque aux caisses des différentes salles

Pass Étudiant : 20€
Accès illimité à toutes les séances du festival, aux rencontres professionnelles ParisDOC, et aux workshops du Centre Culturel Suisse.
Plus d’infos sur le Pass Etudiant sur : cinemadureel.org

Certaines séances sont en entrée libre, elles sont signalées dans l’agenda par le sigle ♥.

LES AUTRES LIEUX DU FESTIVAL

  • Bulac 65 rue des Grands Moulins Paris 13e
  • Centre culturel suisse 38 rue des Francs-Bourgeois Paris 3e
  • Église Saint-Merry 76 rue de la Verrerie Paris 4e
  • Majectic Bastille 2/4 Boulevard Richard-Lenoir Paris 11e
  • Le Djurdjura 1 rue aux Ours Paris 3e
    Rendez-vous pour boire un verre de 22h30 à 2h
  • FoodTruck TAKOTAK
    Au Forum – 1 du Centre Pompidou, pour se restaurer et boire un verre, de 11h à 21h

JURY LONGS MÉTRAGES

  • FLORIAN CASCHERA
    Florian Caschera, dit Sing Sing, est l’auteur de cinq disques de chansons hérétiques et cabossées avec Eloise Decazes, avec qui il forme depuis plus de dix ans le duo Arlt. Leur dernier album, Soleil enculé, est sorti juste avant l’hiver. Il a aussi fondé le festival littéraire Tremble Parlure et anime régulièrement des rencontres avec des écrivains. Il termine lui-même son premier roman. Le reste du temps, il va au cinéma.
  • STÉPHANE MERCURIO
    Dans ses films documentaires, elle donne la parole aux invisibles : les SDF avec Cherche avenir avec toit ; Quand la caravane reste raconte le quotidien d’un petit camping. À côté, sur les familles des détenus en 2008 est son premier film pour le cinéma et obtient de nombreux prix. Elle poursuit son travail sur la prison avec À l’ombre de la république et Après l’ombre. Avec Christophe Otzenberger, elle tourne Petits arrangements avec la vie, dernier film de Christophe. Son film Mourir ? Plutôt crever !, portrait du dessinateur Siné sort aussi au cinéma. Au mois d’août 2016/17, elle tourne seule une « balade documentaire » publiée sur Facebook : Les Parisiens d’août. Elle utilise souvent la photographie, travaille avec le metteur en scène de théâtre Didier Ruiz. Son dernier film L’un vers l’autre est le fruit de cette collaboration.
  • HANIA MROUÉ
    Hania Mroué est la directrice et la fondatrice du Cinema Metropolis, la seule salle d’art et d’essai du Liban, qui a ouvert ses portes en 2006. En 2010 elle a lancé une société de distribution (MC Distribution) dédiée au cinéma arabe indépendant, ainsi qu’aux films d’auteurs internationaux. Elle est également membre fondateur de l’association Beirut DC créée en 1998 pour soutenir la production et la promotion du cinéma Arabe indépendant dans la région MENA. Pendant 10 ans, elle a dirigé le festival Journées Cinématographiques de Beyrouth initié par Beirut DC. Entre 2010 et 2012 elle a été responsable de la programmation arabe au Festival International de Doha Tribeca. Depuis 2013 elle est membre du jury du Arab Film Prize discerné par la fondation Robert Bosch au Festival International du Film de Berlin. Elle vient de joindre l’équipe du Festival International du Film de Marrakech comme conseillère cinéma et industrie arabe.
  • TERUTARÔ OSANAÏ
    Producteur, programmateur, traducteur. Diplômé à l’Université de Kyoto en art créatif. Depuis son arrivée à Paris en 2003, il a collaboré à de nombreux projets autour du cinéma japonais en Europe, tel que : Consultant Japon au Festival des 3 Continents, rétrospectives Kiyoshi Kurosawa et Shinji Somai à la Cinémathèque Française ou atelier de coproduction internationale Gateway for Directors Japan. Il est notamment très impliqué dans l’émergence de la nouvelle génération de cinéastes japonais indépendants tels que : Koji Fukada, Ryusuke Hamaguchi, Leo Sato ou Katsuya Tomita, dont il a produit Bangkok Nites (2016) et Tenzo (2019). Il développe également un projet d’éducation à l’image dans les zones rurales défavorisées du Japon.
  • CRISTINA PICCINO
    Elle commence très tôt à écrire pour Il manifesto en tant que critique de cinéma, en devient rédactrice dans les années 1990 puis chef de service. Elle collabore à des revues de cinéma (Filmcritica), à des quotidiens locaux et des magazines (Amica, Grazia), à des programmes télé (Telepiù) et radiophoniques. Consultante pour la sélection du Bellaria Film Festival, entre 2007 et 2011, elle fait partie aujourd’hui du comité de sélection du Filmmaker Festival de Milano. Elle est coéditrice des monographies Peter Whitehead. Cinema, musica, rivoluzione et Eyal Sivan. Il cinema di un’altra Israele, et a participé à plusieurs monographies et ouvrages collectifs. Elle donne des cours de journalisme et dispense des formations sur la critique de cinéma.

JURY COURTS METRAGES ET PREMIERS FILMS

  • FRANÇOIS BONENFANT
    Né à Bruxelles, François Bonenfant est depuis septembre 2010 chargé de la coordination pédagogique pour le cinéma et les arts visuels au Fresnoy (Studio national des arts contemporains). Entre 2005 et 2010, il a également été responsable du programme Fenêtre sur le court métrage contemporain à la Cinémathèque française. Il a travaillé pour des festivals de cinéma en France comme à l’étranger (Cinéma du réel, Côté Court, IndieLisboa, …). En tant que critique de film, il a été collaborateur pour le magazine Bref. Son premier film est paru en 2013 (Ce que mon amour doit voir) suivi d’un second en 2017, qui constitue une variation du premier (CQMDV).
  • MIGUEL DIAS
    En 1993, il a créé le festival Curtas Vila do Conde, où il est à présent directeur et programmateur. Directeur d’Agência – Agence portugaise du court-métrage, pour la promotion, la vente et la distribution internationale des courts métrages portugais. Producteur de courts métrages au sein de la coopérative Curtas Metragens CRL. Programmateur de plusieurs rétrospectives de courts métrages et de cinéma contemporain portugais. Programmateur pour Le jour plus court au Portugal. Producteur au département de cinéma de Porto 2001 – Capitale européenne de la culture, y compris la production de films et le lancement du festival international du documentaire et nouveaux médias Odisseia Nas Imagens.
  • ELENA LÓPEZ RIERA
    Elena López Riera, née à Orihuela (Espagne) est docteur en Communication audiovisuelle, artiste visuelle et cinéaste. En 2008 elle s’installe en Suisse, où elle enseigne le cinéma et la littérature comparée à l’Université de Genève et à la HEAD. En 2015, elle dirige son premier court métrage, Pueblo, présenté à la Quinzaine des réalisateurs. En 2016 son court métrage Las vísceras est sélectionné au festival de Locarno. Son dernier court métrage, Los que desean, était en sélection internationale au Cinéma du réel en 2019. Elle est aussi co-fondatrice du collectif d’artistes lacasinegra, consacré à la recherche et l’expérimentation de nouveaux dispositifs audiovisuels, avec qui elle a co-réalisé le long métrage Pas à Genève, ainsi que des nombreux workshops et installations. Elle a travaillé comme programmatrice aux festivals Entrevues Belfort, Sevilla European Film Festival et Visions du réel, où elle fait partie du comité de sélection depuis 2017. Elle développe son premier long métrage, El agua.

JURY DES BIBLIOTHEQUES

  • THIERRY BARRIAUX (Bibliothèque Oscar Niemeyer du Havre)
    La bibliothèque Oscar Niemeyer du Havre, forte d’un fonds de plus de 2 000 films documentaires, diffuse ses dernières acquisitions chaque mardi midi, propose un grand rendez-vous mensuel, Docs en stock, avec un échange à l’issue du film, et participe depuis de nombreuses années au Mois du film documentaire, mettant ainsi à l’honneur une programmation large s’adressant au plus grand nombre.
  • CATHERINE GEOFFROY (Bibliothèque municipale de la Goutte d’Or, Paris 18e)
    La bibliothèque municipale de la Goutte d’Or est située à Paris au cœur d’un quartier populaire historique, doté d’une forte identité culturelle et sociale. La bibliothèque de la Goutte d’Or organise un cycle mensuel de projections-débats de films documentaires : « Le monde, ensemble », l’idée étant que regarder ensemble un film puis en discuter, c’est résister au conditionnement qui nous aliène quotidiennement à nos écrans individuels et aux images dont nous bombardent les médias. Les films sont présentés par leurs réalisateurs – ou à défaut par des intervenants choisis en fonction du sujet. Un fonds de DVD documentaires disponibles pour le prêt aux usagers est en cours de constitution pour 2020.
  • ALEXIA PECOLT (Médiathèque Boris Vian de Tremblay)
    La Médiathèque Boris Vian soutient le cinéma documentaire, avec la mise à disposition auprès des publics à la fois de films dits de patrimoine et de nouvelles créations. Nous suivons et participons à de nombreux événements qui mettent en avant le documentaire car, pour nous, ce genre invite naturellement à la réflexion : il offre aux publics de la médiathèque une expérience inédite et propice à l’échange d’idées.
  • MARIE-CLÉMENCE PAES
    Née d’une mère malgache et d’un père français, elle a grandi à Madagascar. Après des études de sociologie à Nanterre et de marketing au CELSA-Sorbonne, elle crée avec Cesar Paes en 1988 Laterit Productions. Société de production, de distribution et d’édition indépendante, Laterit vise à partager les cultures orales à travers des films, de la musique et des livres, en particulier de Madagascar, du Brésil, d’Afrique et des îles. Elle a réalisé avec Cesar Paes Angano…Angano… Nouvelles de Madagascar et Aux guerriers du silence, récompensés à Cinéma du réel. Elle a signé son premier long métrage documentaire Fahavalo, Madagascar 1947, sorti en salles en janvier 2019.

JURY DES JEUNES

  • EMERIC GALLEGO (Université Paris 8)
  • SAVANNAH GARCIA (EHESS)
  • VINCENT JONDEAU (Université Paris 8)
  • MARVIN JOULIGNEU (Collectif Tribudom)
  • JULIE MARÉCHAL (EHESS)
  • ANGÈLE MESCHIN (Université Paris 10)
  • CATALINA VILLAR
    Réalisatrice colombienne, installée en France depuis 1984 où elle fait ses études à l’EHESS, puis aux Ateliers Varan et à la FEMIS. Elle intègre les Ateliers Varan où elle assure la création d’ateliers en Colombie, au Venezuela, en Albanie. Intervenante à La Femis, à la Pompeu Fabra (Barcelone), EICTV (Cuba), à l’Université del Valle (Colombie). Quelques films réalisés : Cahiers de Medellin, Toto la Momposina, une voix pour la Colombie, Patricio Guzman une histoire chilienne, Bienvenue en Colombie, Invente-moi un pays, La Nueva Medellin, Maux d’enfants, mots d’adultes, Camino.

AUTRES JURYS

  • LE JURY DES DÉTENUS DE LA MAISON D’ARRÊT DE BOIS D’ARCY
    Composé de détenus du la Maison d’arrêt de Bois d’Arcy et de membres de la société civile, ce jury décernera le Prix des
    détenus de la Maison d’arrêt de Bois d’Arcy à un court métrage en compétition
  • COMMISSION NATIONALE D’IMAGES EN BIBLIOTHÈQUES
    Composée de bibliothécaires, la commission sélectionne des documentaires récents pour une diffusion dans les biblio-
    thèques. Partenaire de Cinéma du réel, la commission choisit, avec le service audiovisuel de la Bibliothèque publique d’in-
    formation, des films de la compétition pour une acquisition par l’un des trois catalogues partenaires : Images de la culture-CNC, l’Adav et le Catalogue national de la Bpi – Les yeux doc. Géré par la BPI, ce dernier catalogue constitue une ressource précieuse pour les bibliothèques qui programment et proposent des documentaires en prêt tout au long de l’année.

Nous sommes heureux.ses d’annoncer la sélection de ParisDOC Works-in-Progress 2020 !

Cette année, ParisDOC invite 3 festivals européens Jihlava International Documentary Film Festival, Torino Film Festival et CinéDOC – Tbilisi, à présenter 3 projets soutenus par les fonds de soutien Czech Film Fund, Piemonte Doc Film Fund et le Georgian National Film Center.

8 longs-métrages documentaires, français et internationaux, sélectionnés à différentes étapes de production.

À PAS AVEUGLES de Christophe Cognet

Pays de production : France, Allemagne
Titre international : Blind steps
Réalisation : Christophe Cognet
Production : l’atelier documentaire (Raphaël Pillosio), Oval Media
Statut : Montage image quasi définitif

GHOST TOWN de Nicolas Peduzzi

Pays de production : France
Titre international : Ghost Town
Réalisation : Nicolas Peduzzi
Production : GoGoGo Films (Carine Ruszniewski)
Statut : En cours de production

EVERY SINGLE MINUTE de Erika Hníková

Pays de production : République tchèque, Slovaquie
Titre original : Každá Minuta Života
Réalisation : Erika Hníková
Production : Endorfilm (Jiří Konečný), Punkchart films (Ivan Ostrochovský)
Statut : En post-production

En collaboration avec Jihlava International Documentary Film Festival et Czech Film Fund

MBAH JHIWO (ANCIENT SOUL) by Alvaro Gurrea

Pays de production : Espagne
Titre international : Mbah Jhiwo (Ancient Soul)
Réalisation : Alvaro Gurrea
Production : My Deer Films (Rocio Mesa)
Statut : Rough cut

MOTHER LODE by Matteo Tortone

Pays de production : France, Italie, Suisse
Titre international : Mother Lode
Réalisation : Matteo Tortone
Production : Wendigo Films (Alexis Taillant, Nadège Labé), Malfé Film (Margot Mecca), C-Side productions (Benjamin Poumey)
Statut : En post-production

En collaboration avec Torino Film Festival et Piemonte Doc Film Fund

SUNNY by Keti Machavariani

Pays de production : Géorgie
Titre original : Mziuri
Réalisation : Keti Machavariani
Production : Sunny Films (Keti Machavariani et Tsisana Khundadz), Terra Incognita Films (Nato Sikharulidze, Giorgi Mukhadze et Giorgi Kobalia)
Statut : En production

En collaboration avec CinéDOC – Tbilisi et Georgian National Film Center

THE LAST HILLBILLY by Diane Sara Bouzgarrou and Thomas Jenkoe

Pays de production : France
Titre international : The Last Hillbilly
Réalisation : Diane Sara Bouzgarrou et Thomas Jenkoe
Production : Films de Force Majeure (Jean-Laurent Csinidis)
Statut : En post-production

VENICE BEACH, CA by Marion Naccache

Pays de production : France, Brésil 
Titre international : Venice Beach, CA 
Réalisation : Marion Naccache
Production : Marion Naccache et Franck Leibovici, Pikel productions (Jérôme Czapka) et Franco Filmes e produções (Ailton Franco Junior)
Statut : Rough Cut

___

Du 17 au 19 mars, un panel d’experts internationaux se retrouveront à Paris pour visionner ces projets et rencontrer leurs auteurs.

Les projections sont accessibles uniquement aux professionnels exerçant une activité de diffusion : programmateurs de festivals, agents de vente, distributeurs, TV, plateformes web et exploitants.

Afin de participer à ces sessions, contactez l’équipe de ParisDOC :
cinereel-parisdoc@bpi.fr

Nous remercions chaleureusement tous les inscrits pour nous avoir soumis leur projet !

Les pass étudiants sont réservés aux étudiants sur présentation d’un justificatif de scolarité, son tarif est de 15 €.

Le pass étudiant permet :

  • L’accès à toute la programmation de CANALRÉEL, la plateforme en ligne du festival du 12 au 21 mars 
  • L’accès à la séance d’ouverture (jeudi 11 mars) – sur réservation dans la limite des places disponibles
  • L’accès aux rencontres de ParisDOC, la plateforme professionnelle : les Matinales, le Forum public, les rendez-vous européens du documentaire de patrimoine (les séances Works-in-Progress sont accessibles sur invitation seulement)

Demandez votre pass étudiant en vous connectant ou en créant un compte ci-dessous

____

24 films : 11 courts métrages / 13 longs métrages

EL AÑO DEL DESCUBRIMIENTO (The Year of the Discovery) de Luis López Carrasco
2020 / Espagne, Suisse / 200’

En 1992, dix ans après la victoire du parti ouvrier de Felipe González, l’Espagne donne l’image d’un pays civilisé, moderne et dynamique. Cependant, dans la ville de Carthagène, située dans le sud-est du pays, émeutes et manifestations s’achèvent par l’incendie de la préfecture régionale à l’aide de cocktails molotov.

ASWANG de Alyx Ayn Arumpac
2019 / Philippines, France / 82’

En l’espace de deux ans, plus de 20 000 hommes, femmes et enfants sont tués aux Philippines au cours de la guerre contre la drogue menée par Duterte. Un petit garçon naît dans ce système cruel qu’un homme essaie de combattre.

BACK TO 2069 de Elise Florenty, Marcel Türkowsky
2019 / Belgique, France, Allemagne / 40’

Dans la mer Egée, il est une île battue par les vents, Lemnos, où le mythe homérique rencontre l’esprit de notre époque caractérisée par le virtuel. Un homme solitaire y fait l’expérience de différents états d’incarnation et de désincarnation.

BEYNIMDEKI MISMARLAR (Nails In My Brain) de Hilal Baydarov
2020 / Azerbaïdjan / 80’

Les errances d’un jeune homme dans les ruines de ce qui est – peut-être – la maison de son enfance, où chaque porte délabrée ouvre sur le passé. Quelle qu’ait pu être sa volonté de changer, il retourne toujours vers les mêmes endroits, les mêmes questions, les mêmes visages, les mêmes souvenirs – les mêmes clous plantés dans son cerveau.

BRING DOWN THE WALLS de Phil Collins
2020 / Allemagne, Etats-Unis / 88’

Ce film aborde le complexe carcéro-industriel américain à travers le prisme de la house music et de la vie nocturne, faisant du dancefloor un espace de libération personnelle et collective et proposant de nouvelles perspectives pour créer du lien dans nos sociétés.

CARROUSEL de Marina Meijer
2019 / Pays-Bas / 68’

À Rotterdam, un centre a pour mission d’aider les jeunes hommes issus de milieux difficiles à se construire un avenir. Endurcis par leur passé et soutenus par des mentors à la patience inépuisable, ils s’efforcent de trouver un chemin vers la société « normale ».

DON’T RUSH de Elise Florenty, Marcel Türkowsky
2020 / Belgique, France, Allemagne / 53’

Sur l’île de Lemnos, un soir d’été, trois jeunes hommes se réunissent pour ressentir l’ivresse d’une douzaine d’ « Hasiklidika », chansons Rebetiko qui célèbrent les effets du hachisch et une certaine idée de la liberté par delà la violence et les souffrances de l’exil.

EXPEDITION CONTENT de Ernst Karel, Veronika Kusumaryati
2020 / Etats-Unis / 78’

À partir du fonds d’archives sonores de l’expédition Harvard Peabody en Nouvelle-Guinée néerlandaise (1961), une rencontre avec le peuple Hubula (plus connu sous le nom de Dani), et les histoires croisées de l’enregistrement de terrain, du film ethnographique et du colonialisme.

JIA TING HUI YI (The Choice) de GU Xue
2020 / Chine / 66’

La tante est en unité de soins intensifs. Son fils, Shi Hengbo, appelle toute la famille pour trouver une solution à cette situation. Mais durant cette réunion, personne n’est d’accord.

LIMBO de Alexander L. Fattal
2019 / Colombie, Etats-Unis / 25’

Un voyage onirique dans la vie d’Alex, ancien guérillero chez les FARC, au cours duquel il se retrouve confronté à ses démons. À l’intérieur d’un camion transformé en chambre noire, Alex nous raconte son expérience de la guerre et les séquelles laissées par celle-ci.

ONTEM HAVIA COISAS ESTRANHAS NO CÉU (Yesterday There Were Strange Things in the Sky) de Bruno Risas
2019 / Brésil / 110’

Mon père ayant perdu son emploi, ma famille entière a dû retourner vivre dans notre maison de Bresser, un vieux quartier ouvrier de São Paulo. Ils ne sortent pas de la journée et se disputent beaucoup. Les chiens aboient. Pendant ce temps, je les filme.

MAKONGO de Elvis Sabin Ngaibino
2020 / Centrafrique, Argentine, Italie / 72’

André et Albert sont deux jeunes pygmées Aka (République Centrafricaine). Ils sont parmi les rares de leur communauté à étudier.

NACH ZWEI STUNDEN WAREN ZEHN MINUTEN VERGANGEN (After Two Hours, Ten Minutes Had Passed) de Steffen Goldkamp
2019 / Allemagne / 20’

Le temps comme punition : détenus mineurs et pesanteur des corps dans l’espace carcéral.

NUIT DEBOUT (Up At Night) de Nelson Makengo
2019 / République Démocratique du Congo, Belgique / 20’

résistance > abandonnée à elle-même comme un poussin sans mère,
comme une marmite sans couvercle, comme une maison sans fenêtre,
sans porte, comme une porte sans serrure, comme une serrure sans
clef…

RESERVE de Gerard Ortín Castellví
2020 / Espagne / 27’

En Alava (Pays basque). Le film expose certaines conséquences de la réduction
drastique du nombre de loups, ainsi que les différentes interventions de
l’homme afin de neutraliser cet animal.

RESPONSABILIDAD EMPRESARIAL
(Corporate Accountability) de Jonathan Perel
2020 / Argentine / 68’

Ce film se base sur un livre qui n’a jamais été imprimé : le rapport du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, qui rassemble pour la première fois 25 études de cas permettant de démontrer la responsabilité des entreprises dans la répression qu’ont subie leurs ouvriers.

SIGNAL 8 de Simon Liu
2019 / Hong Kong, Etats-Unis, Royaume-Uni / 14’

La vie reprend son cours à Hong Kong, alors que les traces laissées par
la mobilisation citoyenne se transforment en lieux de mémoire. Les ornements imitant la nature se révèlent parfois défaillants, transformant le spectacle en avertissement.

LA SOMBRA DEL DESIERTO (O EL PARAÍSO PERDIDO) / The
Shadow of the Desert (or Paradise Lost)
de Juan Manuel Sepúlveda
2020 / Mexique / 80’

Alors qu’une caravane de migrants attend de traverser le dangereux désert
d’Altar pour rejoindre les États-Unis, les derniers Amérindiens du désert
survivent à une diaspora qui les a poussés au bord de l’extinction.

SUBJECT TO REVIEW de Theo Anthony
2019 / Etats-Unis / 37’

L’intégration du système d’assistance vidéo Hawk-Eye dans le tennis professionnel révèle des interrogations plus profondes concernant les notions de spectacle et de justice, ainsi que sur l’imperfection de toute connaissance humaine.

TAPE 39 de Amit Dutta
2020 / Inde / 16

Jangarh Singh Shyam, célèbre artiste indien né dans un village tribal isolé,
s’est suicidé dans un musée japonais en 2001. J’ai retrouvé sur une vieille cassette MiniDV les images d’un voyage que j’avais entrepris en 2008, lorsque j’étais parti à sa recherche dans sa région natale.

THOSE THAT, AT A DISTANCE, RESEMBLE ANOTHER de Jessica Sarah Rinland
2019 / Royaume Uni, Argentine, Espagne / 67’

Ce film, qui a pour protagoniste une défense d’éléphant, est une méditation
sur l’infinie tactilité de la conservation muséologique et écologique. Il nous
invite à réfléchir sur la façon dont sont représentés, reproduits et incarnés
divers matériaux, disciplines et institutions.

THE TWO SIGHTS / AN DA SHEALLADH de Joshua Bonnetta
2020 / Grande-Bretagne, Canada / 88’

Les Hébrides extérieures ont longtemps eu pour réputation d’être habitées
par des devins ayant le don de double vue, c’est-à-dire la capacité de prédire
l’avenir. Ce film analyse la relation entre un lieu et les récits relatifs à ce lieu,
ainsi que les influences qu’ils peuvent exercer l’un sur l’autre.

THE WASP AND THE WEATHER de Robin Vanbesien
2019 / Belgique, France / 19’

L’ancien club des jeunes de Rzoezie avait été fondé par des jeunes gens d’ascendance marocaine et amazighe à Mechelen, en Belgique : certains d’entre eux écrivaient de la poésie. Auteurs originaux et poètes contemporains
discutent ici de ces poèmes, analysant l’écho qu’ils peuvent avoir dans le climat social et politique actuel.

WE STILL HAVE TO CLOSE OUR EYES
de John Torres
2019 / Philippines / 13’

Collage de scènes filmées à proximité de plateaux et de lieux de tournage
à Manille, ce court-métrage se regarde comme une fiction – cadeau à une
enfant du nom d’Aki Tala, qui regardera quand elle aura grandi l’oeuvre de
son père pour la première fois.