«Les femmes se sont emparées de la vidéo»