Cinéma du Réel - Festival international de films documentaires
Whipping Zombie
DR

Whipping Zombie

Yuri Ancarani

2017 / Italie / 30 min

i Lundi 27 Mars 18H50 Luminor
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais

Projeté avec :
Boli Bana de Simon Coulibaly Gillard
i Mercredi 29 Mars 16H10 Cinéma 2
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais + DÉBAT

Projeté avec :
Boli Bana de Simon Coulibaly Gillard
i Jeudi 30 Mars 21H00 Cinéma 2
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais + DÉBAT

Projeté avec :
Boli Bana de Simon Coulibaly Gillard

Dans un village haïtien reculé, une cérémonie rituelle est ici filmée pour la première fois : le kale zonbi (« zombie fouetteur »). Dans l’épuisement à mort des corps et leur renaissance symbolique, danse, musique et transe semblent rejouer avec une violence inouïe une lointaine mémoire de l’esclavage. Mais Yuri Ancarani sertit ce document ethnographique dans deux autres segments tendus, comme le rituel, entre labeur et mort : les magnifiques vues d’ensemble d’un cimetière où des chèvres sautillent de tombe en tombe tandis qu’ailleurs, au loin peut-être, une autre danse bat son plein. En voix off, un homme explique ce qu’est un zombie dans la tradition vaudou. « Moi, comme j’ai fouetté quelqu’un, je sais que quand je serai mort, quelqu’un me prendra. » L’autre segment du film montre un travail à la fois très physique et artistique, le fer découpé, artisanat typique haïtien dont les barils recyclés sont la matière première. Le montage tresse de manière serrée les coups de burin et les coups de fouet, les marteleurs et les fouetteurs, la maîtrise de l’artisanat et la déprise de la possession. Le film ethnographique glisse élégamment vers la restitution purement rythmique d’une énergie puisée dans la marginalisation d’un peuple. (Charlotte Garson)

Production: Dugong Production, Ethical Fashion Initiative

Contact copie: Slingshot Films

Yuri Ancarani est cinéaste et vidéaste. Son travaille mêle cinéma documentaire et art contemporain dans le but d’explorer des territoires ou réalités échappant au quotidien. Ses films Séance et San Siro ont été projetés à Cinéma du réel en 2014. Il Capo fut présenté en ouverture du festival en 2011.