Cinéma du Réel - Festival international de films documentaires

Eugénie Zvonkine - Princesse Mary

Eugénie Zvonkine Docteur en cinéma, chargée de cours à l’Université Paris 8

Princesse Mary

Lorsque j’écrivais ma thèse sur la dissonance dans l’oeuvre cinématographique de Kira Mouratova, il me semblait essentiel d’inclure dans la cohérence de cette oeuvre ses projets inaboutis. L’un d’entre eux me tenait particulièrement à coeur. Il s’agissait de Princesse Mary 1, adaptation au cinéma d’un chapitre du célèbre roman de Mikhaïl Lermontov Un Héros de notre temps, entreprise en 1975. Le projet s’est arrêté à l’étape des essais filmés des acteurs. D’après le compte-rendu de ceux qui les avaient vues, il s’agissait d’images étonnantes, qui montraient « des acteurs tout jeunes, filmés sans fioritures, mais caractérisant dès les premiers plans le style du film à venir : le héros de Lermontov se présentait comme un « héros » de notre temps, un jeune assassin de sang froid.2 »

Même si le film reste à l’état de projet, la cinéaste le considère comme un moment de rupture dans son évolution esthétique. Elle y collabore avec Roustam Khamdamov, peintre, cinéaste et costumier en « totale disgrâce3 » à l’époque qui lui apprend l’importance du costume et à envisager son art de manière différente : « Quand il m’a dit que le collier ne devait pas être saturé de perles, mais qu’on devait entrevoir le fil, pour moi, cela a été comme une révélation, comme la pomme pour Newton, même si quand j’en parle, cela n’impressionne personne. Mais moi, j’ai pensé : voilà, comme c’est simple de montrer la construction du monde : que les perles, en réalité, tiennent sur un fil. C’est alors que je me suis passionnée pour l’aspect extérieur : les costumes, les décors. C’est la seule étape [dans mon oeuvre], à part la Perestroïka, qui a été une étape pour tous4 ».

Quelques éléments de ce projet inabouti se retrouvent dans les films à venir de Mouratova. Les acteurs pressentis pour le film sont réunis dans Changement de destinée (1987). Dans En découvrant le vaste monde (1979), l’actrice qui devait jouer le rôle principal de Princesse Mary déclame un passage du texte de Lermontov. Ces vestiges du projet dans les films indiquent l’importance qu’il a pu avoir dans son évolution artistique.

Malheureusement, en arrivant au printemps 2009 au studio d’Odessa, je cherche en vain les essais filmés. On me dit que ces derniers avaient été détruits tardivement ou simplement mal conservés. La cinéaste ellemême me dit qu’il n’y a là rien à espérer. Ma visite m’offre tout de même un cadeau : en fouillant les archives de l’Union des cinéastes d’Odessa, auxquelles Vadim Kostromenko m’avait aimablement laissé accéder, je découvre un album d’essais photographiques des acteurs. Ce dernier s’ouvre sur un dessin de la main de Roustam Khamdamov.