Cinéma du Réel - Festival international de films documentaires
Schaslivyia liudzi
D.R.

Schaslivyia liudzi

Victor Asliuk

2014 / Biélorussie, Pologne / 30 min

i Dimanche 22 Mars 18H45 Forum des images 100
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais

Projeté avec :
Strannye Chasticy de Denis Klebleev
i Mercredi 25 Mars 12H45 Petite salle
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais +DÉBAT

Projeté avec :
Strannye Chasticy de Denis Klebleev
i Jeudi 26 Mars 21H00 Luminor
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais +DÉBAT

Projeté avec :
Strannye Chasticy de Denis Klebleev

À les voir travailler de l’aube à la nuit, à l’étable, au pré, au potager ou à la cuisine, qui pourrait croire que Yuri et Tamara Bajkous ne portent pas sur leurs épaules le fardeau d’une ruralité ancestrale et subie ? En fait, c’est délibérément qu’en 1989 ils ont quitté Saint-Pétersbourg pour un coin perdu de la forêt biélorusse, s’installant dans une hutte. Ce qui ne devait être qu’un abri temporaire dans l’attente de la construction de leur ferme est devenu leur maison, faute d’aide de l’État. Avec sa caméra qui sait quand il le faut prendre racine, Victor Asliuk filme les travaux et les jours à la fois dans leur ingénieux enchaînement (« J’ai rentré les canards. – Bravo ! Fais bouillir l’orge. Demain on ramassera les tomates… ») et comme patinés par les vingt-cinq ans qui séparent l’arrivée du couple de son quotidien actuel (les douleurs de l’âge qui rendent la cueillette difficile). En une poignée de plans, les quatre éléments apparaissent dans leur force générique, dégagée des circonstances, et la chronique, sans le moindre soupçon de folklore, tend vers l’imagier. Ou vers le mythe : entre arche de Noé (chaque bête a un nom) et paradis dont Adam et Eve n’auraient jamais été chassés. À tel point que quand le couple traverse la rivière pour aller vendre un mouton, le cinéaste choisit de ne pas le suivre. On se demande même s’il n’y est pas encore. (Charlotte Garson)