Cinéma du Réel - Festival international de films documentaires
La  Révolution de l’alphabet
D.R.

La Révolution de l’alphabet

Érik Bullot

2014 / France / 35 min

i Vendredi 20 Mars 21H00 Luminor
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais +DÉBAT

Projeté avec :
Iec Long de João Rui Guerra da Mata, João Pedro Rodrigues
Wayward Fronds de Fern Silva
i Dimanche 22 Mars 13H15 Cinéma 2
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais +DÉBAT

Projeté avec :
Iec Long de João Rui Guerra da Mata, João Pedro Rodrigues
Wayward Fronds de Fern Silva
i Lundi 23 Mars 14H00 Cinéma 2
X fermer

Version originale sous-titrée en français et anglais

Projeté avec :
Iec Long de João Rui Guerra da Mata, João Pedro Rodrigues
Wayward Fronds de Fern Silva

Révolution, alphabet, écriture, amnésie, spectre, désastre, machine, avant-garde, résurrection, lettre, cinéma, anagramme : les douze chapitres de l’enquête poétique d’Érik Bullot sont autant  d’entrées pour comprendre le vertige d’une réforme alors montrée comme progressiste : en 1928, le gouvernement turc a renoncé à l’alphabet arabe pour adopter l’alphabet latin. Quelle amnésie un changement aussi rapide a-t-il suscitée ? À quelle connaissance la maîtrise de l’alphabet arabe ouvre-t-elle l’étudiant d’aujourd’hui, et inversement, dans quelle mesure la translittération barre-t-elle l’accès des autres Turcs au passé ? Une résurrection du « turc ottoman » est-elle possible, en toute confiance dans la littéralité, alors que la confusion semble régner dans les discours entre différence de langue et différence d’alphabet ? Même la chorale de jeunes à qui le cinéaste a demandé de chanter « La marche de l’alphabet » de 1928 semble le faire sans y mettre du cœur, comme évidée par la présence spectrale de l’alphabet occulté. Partie pour déchiffrer un palimpseste de l’histoire récente, l’enquête croise heureusement la lettre la plus présente qui soit : les bannières et les graffitis des événements du parc Gezi et de la place Taksim, à Istanbul. Non plus la révolution de l’alphabet, mais l’alphabet de la révolution. (Charlotte Garson)