Cinéma du Réel - Festival international de films documentaires
Živan pravi pank festival
DR

Živan pravi pank festival

Ognjen Glavonić

2013 / Serbie / 63 min

i Lundi 24 Mars 14H00 CWB
X fermer

Anglais

Projeté avec :
Metáfora ou a tristeza virada do avesso de Catarina Vasconcelos
i Jeudi 27 Mars 12H30 Cinéma 1
X fermer

Anglais + DEBAT

Projeté avec :
Metáfora ou a tristeza virada do avesso de Catarina Vasconcelos
i Samedi 29 Mars 15H15 Petite Salle
X fermer

Anglais + DEBAT

Projeté avec :
Metáfora ou a tristeza virada do avesso de Catarina Vasconcelos

« Dans cent ans, ce sera Woodstock ! » Dans son village des environs de Belgrade, Zivan Pujic, dit Jimmy, organise seul et sans budget un festival de musique punk. Pour cette sixième édition, le « TUP » devient international puisque l’un des groupes vient de Slovaquie, mais sa scène demeure la dalle de béton du terrain de sport dont on évacue in extremis la table de ping-pong ; quant aux performers, ils aideront à déplacer les gradins et au besoin fourniront la monnaie pour changer l’ampoule des WC. Drolatiques, les cartons-chapitres qui comptent le temps à rebours à l’approche du jour J ne donnent jamais l’impression du moindre ricanement, ou d’un surplomb. Et pour cause : la modicité du budget du film avoisine sans doute celle du festival. A mesure que les « erreurs d’organisation » avouées s’accumulent, le portrait affectueux de Živan prend de l’épaisseur, augmenté d’un flashback presque douloureux tant il souligne qu’une énergie s’est perdue. Ce jeune homme qui vit dans la ferme de sa mère confie à un passant qu’il a été interné dans un hôpital psychiatrique un mois durant, l’hiver précédent. La sociabilité décalée de ce poète discrètement destroy oscille entre génie comique burlesque et mélancolie d’écorché. Dépassant le pathétique programmé de la situation, Živan pravi pank festival, avec son titre keatonien, s’érige aussi en traité sous-exposé et déchirant sur la solitude existentielle. (Charlotte Garson)