Winifred Wagner et l'histoire de la maison Wahnfried de 1914 à 1975

The Confessions of Winifred Wagner
Winifred Wagner und die Geschichte des Hauses Wahnfried von 1914-1975

  • Hans-Jürgen Syberberg

  • 1975
    • Allemagne
  • 302 min
  • Noir et Blanc
  • PRODUCTION
  • Syberberg Film, TMS Film, Bayerischer Rundfunk, Österreichischer Rundfunk

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

_

Winifred Wagner fut filmé cinq jours de suite dans un seul lieu, une maison, où une personne, assise à une table, déroule devant la caméra les souvenirs et l’histoire d’une maison, celle de la famille Wagner, l’histoire de l’Allemagne des soixante dernières années, l’histoire telle qu’elle est perçue depuis l’un des centres culturels de ce pays.
_

CONTACT COPIE : Syberberg Filmproduktion, film@syberberg.de

À travers un examen minutieux du rôle de Winifred Wagner en tant que femme, mais également en tant que personnage public influent du paysage culturel allemand, Syberberg met à jour les éléments qui, dans la préservation et le maintien d’un ordre symbolique, sont communs aux dimensions publique et privée de sa vie. Le film articule ses problématiques multiples et complexes en se concentrant de façon obsessionnelle sur la figure de Winifred Wagner. Elle est ici saisie dans le cadre étroit de la caméra, dont les rares variations ne s’opèrent que par de subtils réglages en matière de distance et de perspective : s’inscrivant dans une logique de ponctuation et d’accentuation, les plans rapprochés alternent avec les gros plans, les vues de face avec celles de profil. C’est seulement vers la fin que la caméra relâchera quelque peu son emprise. Sur la quasi-totalité du film, le spectateur se voit contraint de se placer du côté de l’intervieweur – de faire siennes les questions que pose Syberberg, de batailler tout autant que lui avec son « sujet ». Les seuls moments de répit où Winifred Wagner n’est pas présente à l’écran, c’est lorsque s’enchaînent des amorces de film noires ou blanches sur lesquelles des citations ont été imprimées – sélectionnées, semble-t-il, afin de fournir à l’entretien un contexte critique plus vaste.
–Marcia Landy (Politics, aesthetics, and patriarchy in the confessions of Winifred Wagner, in Hans-Jürgen Syberberg, the Film Director as Critical Thinker, R. J. Cardullo éditions, 2017)

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR