Vivir allí no es el infierno, es el fuego del desierto. La plenitud de la vida, que quedó ahí como un arból

Living There Is Not Hell, It Is the Fire of the Desert. The Plenitude of Life That Stayed There Like a Tree

  • Javiera Véliz Fajardo

  • 2018
    • Chili
    • Brésil
  • 58 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Bárbara Pestan (Pocilga)

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Totoral est une ville comme un mirage, un Brigadoon en plein désert. Quelques habitants, trop vieux pour partir, résistent au vent pour veiller les arbres et les chèvres. Vivir alli… est d’abord un film sur ce vent, qui est le grand architecte de Totoral, et dont il observe, dans de longs plans minutieux, le travail infinitésimal sur le paysage. Ces plans immenses, qui manipulent merveilleusement les distances (sujets lointains, sons au creux de l’oreille), rappellent d’abord combien les nouvelles caméras HD ont réinventé le spectacle du mouvement de la vie. Mais Javiera Véliz Fajardo ne se contente pas de cette ivresse cosmique des détails, qui donne l’impression parfois, devant le tableau burlesque et sisyphéen d’un berger lilliputien nargué par sa chèvre au milieu des dunes, de voir s’animer une luxueuse maquette. Car après tout, que peut le réalisme face à un mirage ? Vivir alli… propose, pour répondre, une invention plastique qui est aussi un retour inattendu à Méliès. La présence-absence de Totoral y devient un rigoureux protocole formel, par l’entremise de fondus enchaînés dont l’extrême lenteur fait se diluer les paysages les uns dans les autres, et naître entre eux des visions indues. L’effet est d’autant plus beau qu’on jurerait que c’est sous l’effet du vent lui-même, puissant sortilège, que les plans glissent à la surface du film. Ce n’est pas la moindre des élégances de Vivir alli… que d’inventer ainsi son propre genre – quelque chose comme : le documentaire psychédélique d’observation.
–Jérôme Momcilovic

  • Javiera Véliz Fajardo

Née en 1986 à Copiapó au Chili, Javiera Véliz Fajardo a étudié l’art puis le cinema. En 2009 elle a fondé Pocilga Productions avec Bárbara Pestan. En 2013 elle a étudié à l’EICTV (Ecole internationale du film et de la television) à Cuba. En 2015 elle a fait un master de direction de la photo à l’Escac en Espagne. Vivir… est son premier documentaire en tant que réalisatrice. 

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR