Una corriente salvaje

A Wild Stream

  • Nuria Ibañez Castañeda

  • 2018
    • Mexique
  • 75 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Romy Tatiana Graullera

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

L’océan, la plage et tout de suite après le désert. Site grandiose, territoire désolé, où deux hommes, Chico et Omar, semblent échoués, survivant grâce à la pêche, solitaires, isolés. Hors du monde, hors du temps, où le jour devient nuit, sans que le temps semble passer, où le paysage semble n’exister que par le vent, la lumière, le ressac de l’eau. Nous sommes ailleurs, nous ne sommes nulle part. Omar est installé dans un camping-car, Chico dans une bicoque sur la plage. A huis-clos, dans cet espace ouvert à tous les regards, se jouent entre eux une his­toire d’attirance et de sensualité qui n’arrive jamais tout à fait à se cristalli­ser en amour ni même vraiment en amitié. Pourtant ils ne peuvent se passer l’un de l’autre et de la pêche diurne à la chasse au crabe nocturne, les jours et les nuits se succèdent et s’étirent en longues conversations comme autant de plaisir à se séduire, à être ensemble, à se conforter l’un l’autre dans leur isolement commun et à partager leurs luttes et démons intérieurs. La réalisatrice met en scène ces corps dans l’effort de la pêche, dans le relâchement du repos, avec minutie et insistance, renforçant ainsi une intimité et une tendresse émotionnelle entre les personnages dont le spectateur pourrait même parfois se sentir gêné d’être le témoin. C’est là toute la force du cinéma que de nous placer à cet endroit incertain dont il est impossible de savoir si c’est le paradis ou l’enfer et si toute cette histoire n’existe pas seulement devant l’objectif de la caméra, fruit du seul fantasme de son auteur. Celle-ci pourtant mène à bien son entreprise, celle de nous faire ressentir ce qu’il en est des sentiments humains, désor­donnés, bouillonnants et imprévisibles. 
Catherine Bizern

  • Nuria Ibañez Castañeda

La réalisatrice Nuria Ibáñez Casteñada (née à Madrid en 1974) a étudié l’écriture de scenario à Mexico. En 2009 son premier documentaire The Tightrope remporté le Prix Regards Neufs à Visions du Réel. Elle a fondé en 2010 avec la réalisatrice Mercedes Moncada la société de production Miss Paraguay Producciones. Son deuxième film The Naked Room (2013) a été le documentaire mexicain le plus recompensé en 2014 et a gagné les Prix du meilleur film à Buenos Aires (BAFICI), Mar del Plata (MARFICI), et au FICUNAM. 

VIDÉOS

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR