Tsuma Musume Haha


  • Alain Della Negra
  • Kaori Kinoshita

  • 2019
    • France
  • 30 min
  • Couleur
  • DCP ,
  • PRODUCTION
  • ECCE FILMS, Mathilde Delaunay

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Comment se débrouillent les hommes japonais depuis que les femmes ont disparu ? Un postulat de fiction commande tacitement la documentation de rapports amou­reux contemporains qu’Alain Della Negra et Kaori Kinoshita ont entre­prise depuis plusieurs années. Si une spéculation si déconcertante peut exister, c’est parce que plusieurs phénomènes sont là pour l’accrédi­ter. D’abord, bien sûr, l’amour sincère que des humains portent, partout dans le monde mais de manière particulièrement pronon­cée au Japon, à des représentations d’humains – objets inanimés (love dolls, dakimakura), avatars virtuels (popstars numériques, personnages de jeux vidéos) ou physiques (cos­play, kigurumi, zentaï). Mais aussi une inquiétude diffuse quant à l’avenir : dans un Japon frappé par les catastrophes naturelles, ébranlé dans ses structures économiques et sociales, hanté par la décroissance voire la disparition de sa population, où le désir trouvera-t-il un ancrage solide ? Âpre mais drôle, extravagant mais jamais ironique, le film de Kinoshita et Della Negra invente une forme documentaire nouvelle, joyeusement compensatoire, née de toutes les fictions par lesquelles se repeuple un réel aussi inquiet que vivant. 
–Antoine Thirion

  • Alain Della Negra
  • Kaori Kinoshita

Kaori Kinoshita naît à Tokyo en 1970, Alain Della Negra en France en 1975. Ils se rencontrent au Fresnoy, Studio d’art contemporain. Ils travaillent ensemble depuis une dizaine d’année, mêlant expositions vidéos et cinéma : leur travail, à la frontière entre le documen­taire et la fiction, interroge les identités virtuelles notamment à travers les communautés numériques et appréhende les nouvelles pratiques (jeux vidéos, jeux de rôle, Internet) comme une réponse à la solitude contempo­raine. Leur premier long métrage The Cat, the Reverend and the Slave sort en France en 2010. Tout en collaborant avec des lieux tels que le Centre pompidou ou le Palais de Tokyo, ARC, le Haifa Museum of Art, ils réalisent en 2016 le film Bonheur Académie.

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR