This Means More


  • Nicolas Gourault

  • 2019
    • France
  • 22 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Luc-Jérôme Bailleul (Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains)

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

_

Des supporters du Liverpool FC font le récit de leur expérience marquée par un événement tragique : la catastrophe de Hillsborough en 1989, où 96 personnes ont perdu la vie et qui changea la nature du football.

_

Au commencement, il y a une image d’archive : une foule qui ondule en un mouvement à la fois exerce et subi. On devine, hors champ, un match de foot. Puis la caméra zoome pour dévoiler les visages des supporters. Quelques secondes plus tard, c’est une foule recréée par ordinateur qui se meut, avec beaucoup moins de grâce et d’idiosyncrasie. « This Means More » parcourt l’espace- temps qui sépare la première foule de la seconde en passant par la date déterminante du 15 avril 1989. Ce jour-là, au stade de Hillsborough (Sheffield), 94 supporters de l’équipe de Liverpool périrent étouffés sous la pression d’une masse humaine trop compacte. Nicolas Gourault détourne des outils de simulation a usage principalement commercial pour mener une enquête sur l’évolution de l’architecture des stades et, par là-même, de l’expérience du football. Le logiciel est employé pour recréer un kop, tribune d’antan sans sièges ni séparations qui permettait l’ondulation humaine captée dans l’archive initiale. C’est par une double tentative de contrôle et de mercantilisation de la foule qu’y furent ajoutés des grillages, causes de la tragédie de Hillsborough, qui devint elle-même le prétexte pour assigner un siège loue à prix d’or à chaque spectateur. Nicolas Gourault use du potentiel expressif des machines pour raconter la transformation d’une pratique populaire en manne commerciale : le martèlement glaçant qui résonne dans une usine de sièges en plastique et les mouvements robotiques des spectateurs virtuels dessinent une vision cauchemardesque de la société humaine – et le rêve de tout publicitaire.

Olivia Cooper-Hadjian
_

 

CONTACT COPIE : Le Fresnoy, ntrebik@lefresnoy.net

Nicolas Gourault

Nicolas Gourault est un artiste et réalisateur formé dans des écoles d’art contemporain ; mais également à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Son travail est empreint de cette double formation et veut créer des ponts entre technique artistique et politique, en apportant une critique documentaire des nouveaux médias. Il s’intéresse notamment à la manière dont la simulation permet de transformer les modes de représentations et contrôler les espaces afin de limiter les imprévus.

 

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR