The Island of St. Matthews


  • Kevin Jerome Everson

  • 2013
    • États-Unis
  • 65 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Picture Palace Pictures

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

La ville de Columbus, dans le Mississippi, ainsi que le quartier de Westport, où vit une partie de la famille d’Everson, ont été frappés par de nombreuses inondations catastrophiques au cours des quatre dernières décennies. Le désastre de 1973 a eu un tel impact qu’il s’en ressent encore aujourd’hui. The Island of St Matthews met à l’honneur des habitants qui ont traversé ces calamités et dont les objets de famille, les archives photographiques, les vêtements, les équipements et les êtres chers portent la trace. Au milieu de ces biographies en mouvement, Everson se livre à de discrets interludes lyriques : de longues contemplations de la rivière Tombigbee et du barrage mécanique local, des épisodes récurrents se concentrant sur les tentatives répétées d’un skieur nautique pour garder l’équilibre, des scènes où des groupes d’adolescents réalisent des baptêmes improvisés dans l’eau, ainsi qu’une vignette où un carillonneur entreprend sa tâche avec la même énergie tonitruante que le fou à la fin de Sátántangó de Bela Tarr. Par l’accumulation systématique de ces motifs de persévérance, le film fait de Westport le lieu d’une renaissance perpétuelle, tout en rappelant constamment les énormes pertes personnelles, collectives et historiques subies par la région.

(Harvard Film Archive)

  • Kevin Jerome Everson

Kevin Jerome Everson est né en 1965 à Mansfield, dans l’Ohio. Depuis les années 1980, il a réalisé de nombreux courts métrages et neuf longs, pour la plupart basés sur la captation ou la mise en scène des gestes, attitudes et postures de la classe ouvrière noire américaine.

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR