Shelter - Farewell to Edén


Adieu Eden

  • Enrico Masi

  • 2019
    • Italie
    • France
  • 81 min
  • Couleur
  • 16 mm
  • PRODUCTION
  • Stefano Migliore (Caucaso), Lois Rocque (Ligne 7)
  • Distribution
  • Roberto Cicutto

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Récit kaléidoscopique d’une trajec­toire, Shelter – Farewell to Edén est issu d’une rencontre : celle de Pepsi, transsexuelle philippine élevée au sein du Front Moro islamique de libération. Ayant fui le mouvement, elle passera dix ans en Libye avant que son homosexualité ne la force de nouveau à partir, pour l’Europe cette fois. La voix assurée de Pepsi retrace de façon fragmentaire un trajet qui passa par l’Italie, la France, et s’in­terrompit plus longuement au Royaume-Uni, mais dont la destina­tion finale reste… « la Lune ». L’invi­sibilité de son visage n’empêche en rien de saisir le caractère très parti­culier de son histoire et de son point de vue ; il donne cependant à cette silhouette aux longs cheveux noirs une dimension mythologique, d’au­tant plus que les images qui abritent sa voix tissent un autre récit. Par des jeux d’écarts ou de soudaine coïnci­dence, elles viennent tantôt appuyer les propos, lorsqu’elles donnent à voir les lieux mêmes de l’odyssée relatée, tantôt les élargir, quand viennent s’y loger ces autres corps, venus en Europe dans des circons­tances différentes, mais passés sur les mêmes chemins, sous les mêmes ponts, et que la caméra vagabonde d’Enrico Masi se met parfois à suivre. La concordance de l’image et du témoignage n’est jamais totale, et le film donne ainsi à sentir quelque chose de l’exil, du caractère toujours précaire de cette sécurité enfin atteinte. Débordant les dimensions de l’individu, le film construit à partir de bribes de réel une symphonie qui restitue l’énergie vitale de ceux qui arrivent en Europe par des chemins tortueux. 
–Olivia Cooper-Hadjian

  • Enrico Masi

Après ses études en Lettres modernes et cinéma, Enrico Masi a obtenu un doctorat en sciences de la pédagogie à l’Université de Bologne. Il a fondé la société de production Caucaso en 2004 avec laquelle il a soutenu de nombreux documentaires de création et projets de recherche comme auteur et comme producteur. Il travaille aujourd’hui comme monteur et collabore avec des universités telles que l’Université Polytechnique de Turin ou l’Université de Milan, travaillant sur l’anthropologie visuelle et la phénoménologie. 

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR