Sankara n'est pas mort

Sankara Is Not Dead

  • Lucie Viver

  • 2019
    • France
  • 110 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Eugénie Michel-Villette (Les Films du Bilboquet)

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Quand Thomas Sankara est assas­siné en 1987, Bikontine n’a que cinq ans. C’est sa génération qui se soulè­vera des années plus tard pour renverser enfin son successeur, Blaise Compaoré. Mais une fois la vague d’espoir retombée, la question devient lancinante : que reste-t-il du « pays des hommes intègres » ? Faut-il migrer ou rester ? Dans ce « Route One : Burkina », c’est un poète qui part à la rencontre de ses compatriotes pour redécouvrir son propre pays, en suivant le tracé d’une voie ferrée. Et c’est une étrangère qui l’accompagne et en fait son person­nage. Bikontine porte bien son pré­nom, qui signifie « enfant adulte ». C’est d’ailleurs dans une école qu’il entame son voyage, cahier et stylo bille en poche. On y apprend que les trois couleurs du drapeau burkinabè renvoient à l’agriculture, à la lumière et au sang versé par les ancêtres. Bikontine rencontre effectivement quelques travailleurs de la terre au fil de son périple, mais aussi des balayeuses, chercheurs d’or, médecins… Avec curiosité et ouver­ture, il entame la conversation avec tous, jusqu’à déceler le sentiment de chacun face à une société insatisfai­sante. Le sang des ancêtres apparaît sous la forme d’un pont, construit en 1932 sur ordre des français, mais certainement pas de leurs propres mains. Sankara serait quant à lui la lumière qui éclaire la route de Bikontine. C’est cet homme, dont le visage ne cesse d’apparaître sur écrans, livres et t-shirts, qui fit pro­longer la ligne de chemin de fer burkinabè jusqu’à Kaya. Arrivé au terminus, le poète devra poursuivre sa route seul, dans un présent qui ne demande qu’à s’écrire. 
–Olivia Cooper-Hadjian

  • Lucie Viver

Après des études d’histoire et de philosophie, Lucie Viver travaille comme assistante de réalisation. Elle a notamment collaboré aux films d’Otar Iosseliani, de Mati Diop et de Rabah Ameur-Zaïmèche. 

En 2013, elle est sélectionnée pour suivre l’Atelier Scénario de La Fémis. Depuis, elle développe plusieurs projets de documentaires et fictions. Sankara n'est pas mort est son premier film.

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR