Reserve


  • Gerard Ortín Castellví

  • 2020
    • Espagne
  • 27 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Maddi Barber Gutierrez (Pirenaika), Ainara Elgoibar Agirrebengoa (Tractora Koop), Gerard Ortín Castellví

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

_

En Alava (Pays basque). Le film expose certaines conséquences de la réduction drastique du nombre de loups, ainsi que les différentes interventions de l’homme afin de neutraliser cet animal.
_

De mystérieux rituels se déroulent dans les forêts du Pays Basque espagnol : des cadavres d’animaux sont déversés par une pelle mécanique, des hommes armés d’arcs et de flèches tirent sur des bêtes en mousse. Off, une conversation abordant l’usage d’urine de prédateurs comme répulsif pour animaux indésirables nous donne un indice quant au dénominateur commun de ces scènes : toutes sont liées à la raréfaction du loup dans les forêts basques. « Reserve » montre à quel point il est facile pour l’homme de s’embourber lorsqu’il tente de maîtriser la nature. Après avoir chassé le loup, le voici contraint de pallier à sa disparition par différents stratagèmes – en son absence, certaines espèces deviennent invasives. À l’image du premier plan du film, Gerard Ortín Castellví organise son récit de façon à plonger le spectateur dans le brouillard – une démarche plus conforme à notre rapport au monde que la netteté habituelle des images de cinéma. Qui prétendrait avoir une juste vue d’ensemble des mécanismes qui régissent notre environnement ? La rupture du lien de cause à effet dans la narration exacerbe l’horreur et l’absurde, symptomatiques de notre incapacité à prédire les conséquences de nos actes. L’univers que décrit Reserve est peuplé de simulacres, ceux par lesquels nous tentons de bricoler une vision du monde qui serait cohérente et confortable pour compenser l’atrophie de notre instinct animal. Mais le temps passant, les sens s’émoussant, nous risquons d’oublier que les murs des pièges à loups, qui semblent parallèles, convergent en réalité vers un précipice.

Olivia Cooper-Hadjian
_

CONTACT COPIE : Pirenaika, pirenaika.filmak@gmail.com

 

Gerard Ortín Castellví

Né en 1988 à Barcelone, Gerard Ortín Castellví est un artiste et cinéaste vivant à Londres. Sa production artistique aborde la problématique des représentations contemporaines de la nature ainsi que les relations que celles-ci entretiennent avec la technologie, dans le cadre d’une recherche cinématographique expérimentale fondée sur la pratique. Il a récemment présenté son travail au LUX (Londres) et exposé à la Fundació Joan Miró (Barcelone). Ses œuvres ont été projetées dans diverses institutions, telles que l’Anthology Film Archives de New York, la Zumzeig Cinecooperative de Barcelone, ou encore Numax (Saint-Jacques de Compostelle).

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR