Parsi


  • Eduardo Williams
  • Mariano Blatt

  • 2019
    • Argentine
    • Suisse
    • Guinée-Bissau
  • 23 min
  • couleur
  • DCP ,
  • PRODUCTION
  • Nahuel Pérez Bizcayart, María Victoria Marotta, Jerónimo Quevedo

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Traduit en créole bissau-guinéen, « parece » donne « parsi ». Imaginé à partir du poème cumulatif de son compatriote Mariano Blatt, dont tous les vers commencent par un « parece que » (on dirait, il semble que), le film d’Eduardo Williams en saisit la force d’incitation – littérale­ment, faire se hâter. Ici un amoncelle­ment d’impressions et d’idées, là, des images qui s’entrechoquent et tour­noient à une vitesse étourdissante. Entre elles, aucun rapport d’illustra­tion : Williams tourne loin d’Argentine et des choses familières, intimes, politiques que Blatt désigne, dans une Guinée Bissau qu’il ne connaît pas a priori mais qu’un film lui donne l’occa­sion d’explorer. Cette indétermination essentielle commande d’étendre en retour un rapport fluide de complicité et de sympathie à toutes les personnes impliquées dans la fabrication. Lu off, le texte de Blatt imprime sa préci­pitation à des plans tournés par les acteurs mêmes qui, comme dans les autres films de Williams, déam­bulent dans leurs quartiers par tous moyens de locomotion à un rythme de plus en plus effréné, manipulant eux-mêmes la caméra dans un circuit réservant mille surprises. Parsi pourrait qualifier l’étonnement que chaque film de Williams suscite : le spectacle d’une constante ébullition d’idées, l’expérience d’une joie simple devant un monde qui s’offre à nous sous une apparence nouvelle, d’un rapport primitif au cinéma où vibre une interrogation quant à la manière dont tout cela a été filmé. 
–Antoine Thirion

  • Eduardo Williams
  • Mariano Blatt

Eduardo Williams, né en 1987 en Argentine a étudié à l’Université de Buenos Aires avant de rejoindre Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains en France. Il a réalisé plusieurs courts et longs métrages qui ont été sélectionnés dans des festivals internationaux.

Mariano Blatt, né en 1983 en Argentine et un poète et éditeur de littérature. Mi juventud unida (Mansalva, 2015) recueille ses poèmes rédigés entre 2005 et 2015. Il co-dirige Blatt & Ríos, une maison d’édition indépendante.

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR