Paris Stalingrad


  • Hind Meddeb
  • Thim Naccache

  • 2019
    • France
  • 88 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Sylvie Brenet

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Eté 2016, Paris, des personnes réfu­giées campent quartier Stalingrad dans l’attente de régulariser leur situation. Hind Meddeb et Thim Naccache sont là, comme de nombreuses personnes, en soutiens, en voisins, et dessinent le quotidien et la géographie de Stalingrad, espace - frontière au coeur de Paris. Un labyrinthe physique se mêle au laby­rinthe administratif déjà en place, la ville refoule. Contrôles, nasses, évacuations, grillages. Comment faire lieu, faire collectif, comment habiter un espace qui empêche d’exister ? Le film cartographie le calvaire : points d’eau, coins d’ombres, parcs isolés, tables de pingpong pour cuisiner. Aux abords des terrains de tennis, les réfugiés se reposent tout près des joueurs qui continuent de s’exercer et se réveillent avec les joggeurs qui s’étirent. Les corps s’in­tègrent difficilement mais un collectif naît et une coexistence s’ins­talle. Du groupe, s’élève la voix de Souleymane, jeune exilé du Darfour dont les poèmes viennent cohabiter avec la voix off de la cinéaste. Souley­mane circule, erre, se perd, resurgit et raconte. A mesure que le film trace les itinéraires dans Paris, un autre trajet se dessine : les témoignages éclatés évoquent la Libye, Vintimille, Calais. Echos d’une route commune alors que Paris repousse et disperse. De Stalingrad à La Chapelle, du jardin d’Eole aux maréchaux, les camps sont démantelés, les corps échouent, isolés, au bord de la ville. Souleymane s’en sort, la caméra le suit, l’échappée est solitaire. Le collectif éclate, disparaît du cadre, mais le film vient faire mémoire d’un lieu, Stalingrad, où il aura été ques­tion de survivre ensemble. 
–Clémence Arrivé

  • Hind Meddeb
  • Thim Naccache

Hind Meddeb travaille entre l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen Orient. Citoyenne des deux rives de la Méditerranée, elle a étudié toute la complexité de la jeunesse arabe. Entre 2011 et 2013, Hind Meddeb a réalisé Electro Chaabi et Tunisia Clash, deux films qui observent les révolutions arabes à travers les yeux de la jeunesse dans les quartiers des classes populaires. 

Thim Naccache a appris la réalisa­tion à l’Université Européenne du Film au Danemark où il a réalisé son premier court métrage Brea­king In. Il a ensuite réalisé A Nation Journey. Il a travaillé comme monteur et chef opérateur sur des films documentaires, des courts métrages de fiction et des films expérimentaux. 

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR