Mes chers Espions

My Dear Spies

  • Vladimir Léon

  • 2020
    • France
  • 134 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Jean-Marie Gigon (SaNoSi Productions)

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

_
 
Mes grands-parents étaient-ils des espions soviétiques dans le Paris des années 30 ? Je rapporte à mon frère Pierre une valise de souvenirs. Notre enquête démarre entre France et Russie, hier et aujourd'hui.

_

Une vieille valise de documents, un voyage en train la nuit direction la Russie, des recherches de documents sous surveillance sourcilleuse, des mots pleins de lourds sous-entendus : c’est bien vers le film d’espionnage que lorgne le nouveau film de Vladimir Léon, afin d’élucider si oui ou non, l’expulsion en 1948 de ses grands-parents par les services secrets français, ou les rendez-vous que sa grand-mère avaient avec le mystérieux Dorian, indiquaient l’appartenance curieuse d’anciens tsaristes au renseignement soviétique. Comédie d’espionnage, plutôt : c’est en métro et sans précaution particulière que depuis Châtelet, Vladimir vient apporter la valise contenant les archives de sa mère à son frère Pierre, nulle véritable menace ne pèse en Russie sur leur duo tiré à quatre épingles, les trouvailles resteront de toute façon ambiguës, et l’enquête s’interrompt plus souvent qu’à son tour pour porter un toast à tout et à rien. Manifeste et communicative est la délectation des deux frères de porter les étapes de leur investigation à l’attention de tous – amis, rencontres, spectateurs. Mais la comédie n’entame pas le sérieux d’une enquête parfaitement consciente que l’Histoire et le récit familial partagent un même cours obscur : ≪ à tous les endroits ça peut mentir ≫ lâche Pierre. A tous les endroits, sauf à celui du lien : comme dans un jeu de bonneteau ou selon la loi du Mac- Guffin, les documents comptent peut-être moins que la valise elle-même.

Antoine Thirion

_

 

CONTACT COPIE : SaNoSi Productions, caroline.henry@sanosi-productions.com, +33 (0)6 29 69 09 30

Vladimir Léon

Vladimir Léon est réalisateur de films documentaires (Nissim dit Max, 2003 ; Le Brahmane du Komintern, 2007 ; Adieu la rue des radiateurs, 2008, Le Polyèdre et l’Eléphant, 2015) et de fictions (Loin du Front, 1998 ; Les Anges de Port-Bou, 2011). Il est aussi acteur chez Pierre Léon, Louis Skorecki, Serge Bozon, Jean Paul Civeyrac, Eric Rohmer, Christine Laurent, Pascal Bonitzer, Axelle Ropert…

 

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR