Hamada


  • Eloy Domínguez Serén

  • 2018
    • Suède
    • Norvège
    • Danemark
  • 88 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • David Herdies, Michael Krotkiewski

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Hamada désigne, en arabe, des pla­teaux rocailleux et désertiques d’altitude dont le sable a été presqu’entièrement chassé par les vents. Chez les Sahrawis – littérale­ment « habitants du désert » –, le mot caractérise un état de vide et d’ab­sence de vie. Mais aussi, on le com­prend dès l’entame du premier long-métrage d’Eloy Domínguez Serén, leur condition de réfugié depuis que le Sahara occidental, colonie espagnole jusqu’en 1975, a été revendiqué par le Maroc et la Mauritanie. Vivant depuis plus de quarante ans dans divers camps dont celui de Tindouf en Algérie où le cinéaste espagnol a passé plus de huit mois entre 2014 et 2017, ils attendent en vain la tenue d’un réfé­rendum pour l’auto-détermination promis par le Maroc en 1991 quand le mouvement de libération Polisa­rio a déposé les armes. Et c’est dans cette attente que Domínguez Serén a imaginé son film en compagnie des jeunes Sahrawis, en particulier Sidahmed et Zaara, l’un tenté par l’affranchissement de l’exil, l’autre par une indépendance plus pragmatique mais non moins pleine d’embûches, tous deux prisonniers d’une vie para­doxale où l’on n’a rien à faire et où pourtant tout est possible. Ce noir tableau laisserait présager un film bien sombre, si Domínguez Serén et ses acteurs n’avaient adopté le parti inverse, de la beauté, de l’ironie, de la complicité et du rire pour partager jour après jour et, bien sûr, sans scé­nario, l’inventivité d’une génération dite perdue. 
–Antoine Thirion

  • Eloy Domínguez Serén

Eloy Domínguez Serén est né en 1985 à Simes en Galice. Avant d’être réalisateur il a été critique pour la presse et la radio. En 2012 il a déménagé en Suède, où il dirigea son premier court métrage, Pettring. Son film No Cow on the Ice a été projeté à Visions du Réel en 2015 et a gagné plusieurs prix, tandis que ses deux plus récents courts métrages, Yellow Brick Road et Rust, ont été montrés l’un au Festival de Jihlava et l’autre au FID Marseille. Il a également été sélectionné pour les Talents de la Berlinale en 2017. 

VIDÉOS

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR