África 815

  • Pilar Monsell
  • 2014
    • Espagne
  • 66 min

Le film super-8 pourrait être celui, générique, de toutes les familles : sur une plage survolée par les mouettes, un homme tient un bébé dans ses bras. Aujourd’hui, ce bébé devenu femme filme son père qui dort. À partir de mémoires proches du journal intime qu’il a rédigés et des photos de ses voyages en Afrique du Nord, Pilar Monsell revient sur le passé de ce médecin militaire espagnol. Envoyé dans une colonie d’Afrique du Nord en 1964, il y consigne des « relations de plus en plus érotiques entre patients et docteurs ». Cette expérience qui a changé sa vie sera le modèle de ses  grandes passions homosexuelles. Jamais le film ne donne en spectacle la révélation d’un secret de famille : quand arrive le cinéma, les désirs ont déjà été ressentis, dits, écrits. Travaillant la mer et le désert comme des paysages intérieurs de son père et en donnant en off une « lecture » de sa vie, Pilar Monsell trace un portrait plein d’empathie. Tiraillé entre l’amour de la famille et l’intensité de la rencontre amoureuse avec des hommes, Manuel Monsell souffre de l’attrait qu’exerce sur lui l’exotisme. La beauté du geste d’África 815 consiste à visiter avec lui cet imaginaire aux allures de paradis perdu, puis de revenir avec lui, ici et maintenant – dans la chambre d’un septuagénaire qui prend ses médicaments. (Charlotte Garson)