Forbach Swing


  • Marie Dumora

  • 2019
    • France
  • 109 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Jérôme Dopffer (Les Productions Balthazar)

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

A New-York où, au milieu du film, Samson Schmitt vient de se produire sur une scène de jazz, un producteur enthousiaste lui dit voir une parenté entre le bluegrass américain et la musique manouche que, depuis Forbach, Samson est venu jouer ce soir. Cette scène parmi d’autres, dans un film à l’humeur parfaitement égale, éclaire quelque chose du regard de Forbach Swing. Car il est évident qu’on ne verrait pas un film très différent si Marie Dumora l’avait tourné à Nashville, d’un honkytonk à l’autre, plutôt qu’à Forbach où Samson, Mike, et les autres, perpétuent l’héritage de Django Reinhardt et de Dorado Schmitt - le père de Samson. Si le film est ancré ferme dans un territoire et une culture (tous les personnages/musiciens sont manouches, et Forbach est à deux pas des lieux où Dumora avait tourné, avec des Yéniches, ses précédents films), il dessine une communauté qui est avant tout celle de ses personnages, celle des journées passées à jouer ensemble et du bonheur qu’ils trouvent à le faire, chez eux comme à New York, ou dans le restaurant d’un hôtel Mercure où les plus jeunes font de délicates reprises du répertoire des crooners des années 40/50 - l’Amérique, encore. Ce cap est celui que Marie Dumora tient de film en film, c’est celui des personnages, auxquels sa caméra discrète et scrupuleuse se dévoue entièrement, ici sur un versant d’allégresse qui rappellera les mots du critique Jacques Lourcelles au sujet du Hatari ! d’Howard Hawks, et de son ambition d’ « offrir au public une représentation crédible du bonheur. »
–Jérôme Momcilovic

  • Marie Dumora

Marie Dumora tourne tous ses films dans l’est de la France, à quelques arpents de terre les uns des autres, où elle s’est créé un territoire de cinéma. Le personnage d’un film l’amène vers le suivant comme un fil d’Ariane, si bien qu’il n’est pas rare de les retrouver quelques années plus tard d’un film à l’autre. Tous ses films ont étés sélectionnés ou récompensés dans de nombreux festivals : la Berlinale (ouverture Panorama), Cannes (Acid), La Vienale, Indie Lisboa, Mostra du Festival International de Sao Paolo, Entrevues Belfort, FID Marseille, Cinéma du réel, Amiens…

VIDÉOS

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR