Expedition Content

Contenu d'Expédition

  • Ernst Karel
  • Veronika Kusumaryati

  • 2020
    • États-Unis
  • 78 min
  • Couleur et N&B
  • PRODUCTION
  • Sensory Ethnography Lab

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

À partir du fonds d’archives sonores de l'expédition Harvard Peabody en Nouvelle-Guinée néerlandaise (1961), une rencontre avec le peuple Hubula (plus connu sous le nom de Dani), et les histoires croisées de l’enregistrement de terrain, du film ethnographique et du colonialisme.
_

Comment relier le célèbre film ethnographique de Robert Garner « Dead Birds » et l’assaut de la prison d’Attica par la garde nationale en 1971 ? Une réponse possible : Michael Rockefeller. Arrière-petit fils du magnat du pétrole John D. Rockefeller, cet homme était aussi le fils de Nelson Rockefeller, gouverneur de New York en 1971. Il participa par ailleurs à l’expédition anthropologique multimodale Harvard Peabody, menée entre avril et août 1961 en Nouvelle-Guinée occidentale, dont le film de Robert Gardner sur le peuple Hubula est issu. Michael était chargé de collecter des images et surtout des sons, qui forment la matière principale d’ « Expedition Content ». Nous voici donc immergés dans l’obscurité, invités à tâtonner dans un espace sonore qui convoque des paysages, des animaux mais surtout les Hubula eux-mêmes, à travers leurs chants et leurs conversations. Il s’agit donc du hors-champ sonore de « Dead Birds », où leurs voix étaient davantage traitées comme des bruits que comme des vecteurs de sens. Privés de leurs mots, les Hubula y apparaissent comme un peuple aux riches coutumes mais néanmoins primitif, décrit par la voix quasi-divine de Gardner. Il y a donc de quoi être surpris lorsque les archives révèlent que les Américains envoyés par Harvard sont bel et bien venus en terre étrangère avec leurs corps, et pas seulement avec leurs esprits. En revisitant l’histoire d’un film, Ernst Karel et Veronika Kusumaryati touchent à une problématique de la plus grande envergure : les relations qui nouent les idéologies, les représentations et le sort de peuples entiers.

Olivia Cooper-Hadjian
_

CONTACT COPIE : Sensory Ethnography Lab, Harvard University, pravdavero@gmail.com et eklklr@gmail.com

 
 

Ernst Karel

Ernst Karel produit des œuvres sonores de plusieurs types dont de la musique électroacoustique. Dans le cadre du Laboratoire d’Ethnographie Sensorielle de l’Université de Harvard, Ernst Karel a travaillé avec de nombreux réalisateurs, enseignant également les techniques d’enregistrement de terrain dans le cadre de séminaires universitaires. 

Veronika Kusumaryati

Veronika Kusumaryati est une spécialiste d’anthropologie politique et d’anthropologie des médias travaillant en Papouasie occidentale. Ses travaux universitaires sont consacrés aux théories du colonialisme, de la décolonisation, et de la post-colonialité. Elle est également réalisatrice de films documentaires et maître de conférences en anthropologie à l’Université de Harvard.

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR