Derniers jours à Shibati

  • Hendrick Dusollier
  • 2017
    • France
  • 60 min

« Cet étranger n’arrête pas de nous filmer !... C’est sans doute un paumé, sinon, qu’est-ce qu’il viendrait foutre ici ? » Son statut d’étranger, Hendrick Dusollier ne l’esquive jamais lorsqu’il vient, pendant plus d’un an, documenter le démantèlement progressif du dernier vieux quartier de l’immense ville de Chongqing. Il intègre pleinement le fait qu’il ne parle pas le mandarin à sa chronique délicate et tendre de la fin d’un lieu qui est aussi celle d’un mode de vie. Alors que certains films tournés sur ce phénomène de relogement massif en Chine insistent sur l’ampleur démographique, Derniers Jours à Shibati restitue intimement cette expérience grâce à ses rencontres choisies. Les habitants qu’il retrouve de six mois en six mois sont ceux qui semblent les plus attachés à leur chez-soi, les plus aptes à y projeter un imaginaire : un petit garçon, Zhou Hong, qui l’entraîne à la « cité de la lumière de la lune » (le nom d’un centre commercial voisin !), un coiffeur qui confond De Gaulle et Roosevelt, et la marraine des travailleurs migrants, Xue Lian, véritable Facteur Cheval au palais composé d’objets de récupération aussi incongrus que poétiques. De visite en visite, Dusollier s’approche de leur intérieur, revient avec un traducteur et les suit dans ce qui sera bientôt leur nouveau logement, une tour HLM en périphérie lointaine. Sans commentaires, il parvient à restituer le gâchis de ce déracinement, le goût bizarre du Coca-Cola goûté par Hong pour la première fois dans un métro où il a mal au cœur ou la peur de sa mère de prendre l’ascenseur. (Charlotte Garson)

Production: StudioHdk Productions, Maria Roche Productions, Les Films d'Ici

Contact copie: StudioHdk Productions