Chuyen di cuoi cung cua chi phung

  • Tham Nguyen Thi
  • 2014
  • 87 min

Un camion vert roule dans la nuit. Au matin, un « chapiteau » en dur est monté, et le soir, dans le clair-obscur de petites torches, les perruques ondulent, les chants de Nouvel An s’achèvent sur la vente de billets de tombola. Madame Phung et sa troupe de chanteurs travestis sillonnent le Vietnam, suscitant fascination et hostilité auprès des autorités locales et des habitants. Attentive au rythme parfois heurté du voyage forain mais aussi à la façon dont la petite communauté voyageuse fait face aux  intempéries ou aux villageois qui viennent la provoquer après leurs spectacles, Tham Nguyen Thi va au-delà de la simple chronique pittoresque. « Où commence théâtre, où finit la vie ? » : la question de l’héroïne actrice du Carrosse d’or de Jean Renoir pourrait aussi être celle de la cheffe de troupe, qui transmet bien plus que des instructions en coulisses : un modus vivendi dans les marges, un viatique de survie au sein d’une société où « la vie des homosexuels est misérable ». Au gré d’entretiens informels qui charrient des pans de passé d’une étonnante charge picaresque, les portraits de la cheffe de troupe et de sa costumière questionnent l’identité sexuelle et la norme sociale, dans une société dont la violence sourde éclate lors la séquence presque sacrificielle de l’incendie. (Charlotte Garson)