Ce Gamin, là


  • Renaud Victor

  • 1975
    • France
  • 88 min
  • Noir et Blanc
  • PRODUCTION
  • Les films du carosse - Ina - Filmanthrope -Reganne Films- INA- Renn Productions- Les Films de la Guéville- Orly Films- Auditorium du Languedoc

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

_

Dans un petit hameau des Cévennes, Monoblet, l'expérience menée par Deligny pour créer un contact avec des enfants autistes dits incurables, dans le quotidien de la vie rurale.
_

CONTACT COPIE : Les Films d'Ici, Celine.PAINI@lesfilmsdici.fr

_

« Le Moindre Geste »
avait été construit autour d’une fable ; le film en avait gardé la forme générale du récit. « Ce gamin, là » ne raconte rien, fixe des moments de la vie de réseau en évitant d’en faire un « sujet ». « Ce gamin, là, c’est un documentaire ou une fiction ? demandait Deligny. C’est un documentaire pur jus. Et pour cause : vous ne pouvez pas faire faire à Janmari autre chose que ce qu’il effectue chaque jour. On ne peut pas faire plus documentaire. Eh bien ça fait fiction parce que les gens n’ont jamais vécu un truc pareil. Il n’y a ni documentaire ni fiction, il y a du coutumier, le coutumier étant assez réel pour surprendre... » (Cahiers du cinéma, fév. 1990). [...] Renaud Victor participait aux actions du collectif de production et de diffusion Cinélutte créé par Richard Copans quand il vit pour la première fois « Le Moindre Geste », qui le décida à devenir cinéaste. Deligny accueillit son idée de réaliser un film sur la tentative avec circonspection, et posa comme condition qu’il vécût auparavant quelques mois dans le réseau. [...] Les prises de vues étaient intégrées à la vie du réseau et à la réflexion de Deligny : «Il voyait les rushes, et à partir de ces images il disait ce qu’il était important de souligner. En même temps, ces images avaient une autre fonction, car elles lui permettaient de se rendre compte de son travail dans une démarche d’ensemble. De ce fait, le film devenait un instrument de travail, à la fois pour lui et pour moi.» (La Revue du cinéma, sept. 1975).

– Sandra Alvarez de Toledo

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR