Calamity Jane & Delphine Seyrig, A Story


  • Babette Mangolte

  • 2020
    • France
    • États-Unis
  • 87 min
  • PRODUCTION
  • Babette Mangolte

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

_

Ce film est un hommage à Delphine Seyrig et à sa fascination pour le livre « Calamity Jane’s Letters to her Daughter ». Ces lettres, qui sont les lettres d’une mère à sa fille absente, sont devenues à la fin des années 1970 un emblème du féminisme. Delphine Seyrig avait projeté de réaliser un film sur Calamity Jane pour révéler toute la sensibilité qu’exprimait celle-ci, ainsi que son regard sur la vie, dans ces lettres qui ne seront jamais reçues par sa fille car jamais envoyées. La lecture de cette correspondance ouvre la voie à une réflexion personnelle sur le féminisme et la maternité. Il s’agit également d’un hommage à la créativité féminine, ainsi qu’une forme d’engagement pour continuer à partager les histoires des femmes.
_

CONTACT COPIE : Centre Simone de Beauvoir, archives@centre-simone-de-beauvoir.com

« Je pouvais utiliser plusieurs versions du script que Delphine avait rédigé, un story-board, ainsi que les séquences en 16 mm. J’ai tenté de réaliser un montage du film en 16 mm qui puisse nous faire passer de la réalité à la fiction, puis de la fiction vers un autre monde, celui de l’imaginaire. Dans ce monde, on trouve des personnes charismatiques, comme Calamity Jane et sa fille. J’ai eu la chance, par ailleurs, d’avoir pu filmer en 1983 une séquence où Delphine ne fait rien d’autre que réfléchir à ce qu’elle pourra faire par la suite. De l’avoir mise en scène dans sa voiture, perdue dans ses pensées, ou bien dans un café en train de lire la correspondance de Calamity Jane, ou encore dans sa chambre d’hôtel au petit matin, cela m’a permis, à la fin du mois d’août 2019, de construire le monologue intérieur de Delphine. Dans celui-ci, elle sait ce qu’elle va faire. Le film devait porter sur cela précisément : ne pas renoncer. C’était la plus grande force de Delphine. »

– Babette Mangolte
extrait de « Genèse de Calamity Jane & Delphine Seyrig: A Story », à lire dans le Cahier du réel, page 192

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR