Burden of Dreams


  • Les Blank

  • 1982
    • États-Unis
  • 92 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Les Blank Films, Flower Films

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Les Blank s’est fait connaître en s’affirmant comme le cinéaste par excellence des chanteurs de blues, de la musique populaire (qu’il s’agisse du tex-mex ou de la polka) et de la cuisine populaire (Garlic is As Good As Ten Mothers). Lorsqu’il avait réalisé Werner Herzog Eats His Shoe, ses intérêts culinaires avaient rencontrés les intérêts moraux et spirituels d’Herzog (assumer les conséquences d’un pari). Plus récemment, il s’est fait une place dans un autre genre, d’abord en réalisant Poto and Cabengo avec Gorin, puis, avec Burden of Dreams, en revenant aux activités spirituelles d’Herzog. Ce documentaire porte sur le tournage de Fitzcarraldo : il aborde ainsi deux rêves devenus réalité en dépit d’énormes obstacles. En effet, le projet d’Herzog était de filmer, en remontant l’Amazone, une oeuvre d’art por­tant sur le projet de Fitzcarraldo – qui était de bâtir, après avoir remonté l’Amazone, l’opéra dont il rêvait. 

Ce documentaire devient peu à peu un film sur Herzog réalisant un film (et les difficultés qu’il rencontre, bien qu’auto-imposées, n’en sont pas moins impressionnantes), pour finalement devenir un film sur deux cultures qui glissent l’une à côté de l’autre, s’utilisent l’une l’autre, mais sont incapables d’entrer en contact. En dehors du contraste entre autochtones et Euro­péens, différentes visions du monde se frôlent ici. 

Alors que les bulldozers poursuivent leur travail de façon erratique, on réalise que, pour pouvoir filmer le bateau de profil, il a fallu qu’Herzog défriche bien plus d’arbres que ce qui était nécessaire pour tirer le bateau à vapeur – comme si voir, c’était détruire. En fait, le discours d’Herzog sur la jungle est bien plus éloquent – et dérangeant – que les plans grandioses de Fitzcarraldo. De sa voix merveilleusement triste et sérieuse, il nous avoue sa terreur philosophique face à la jungle dans toute sa profusion et sa voracité : « c’est l’harmonie du meurtre le plus accompli, le plus écrasant ». À un moment, Blank repère avec sa caméra (ou bien lors du montage) une fourmi s’évertuant à tirer une énorme plume rouge. Mise en valeur de la sorte, elle devient une métaphore pour… quoi, au juste ? Herzog tirant son bateau à vapeur ? Présentant fièrement son film ? 
–Raymond Durgnat, Wellington Film Society 

  • Les Blank

Les Blank, né à Tampa en 1935 et mort en 2013, est un réalisateur américain de documentaires. Il est connu pour ses films sur des musiciens traditionnels américains.

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR