Bewegungen eines nahen Bergs

Movements of a Nearby Mountain

  • Sebastian Brameshuber

  • 2019
    • Autriche
    • France
  • 85 min
  • Couleur
  • PRODUCTION
  • Ralph Wieser (Mischief Films), David Bohun (Panama Film), Sebastian Brameshuber (Panama Film), Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains

PROJECTIONS

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Dans son troisième long-métrage, Sebastian Brameshuber recycle à dessein quelques images d’Of Stains, Scrap and Tires (2014), un court tourné en 16mm dans le même garage automobile adossé en contrebas des brumes de l’Erzberg dans les Alpes autrichiennes, plus grand gisement national de minerai de fer dont l’exploitation remonte à l’époque romaine. C’est qu’ici rien ne meurt tout à fait, tout est remploi, récupération et remémoration. Cliff, un mécanicien nigérian, pros­pecte les parkings à la recherche de véhicules à retaper et à désosser pour les revendre ou les exporter en pièces détachées. Son large hangar à trois pans s’ouvrait autrefois sur un terrain de paintball ; mais ce sont désormais l’Europe de l’Est dont la plupart de ses clients proviennent, et l’Afrique où il écoule modeste­ment ses pièces, qui se profilent à l’horizon. L’observation, l’écoute, l’exploration sereine du travail, des matières, des échanges, des terri­toires, branchent ce microcosme nigérian sur les rapports écono­miques de l’Europe et de l’Afrique. Par son approche matérialiste, Brameshuber relie le travail du fer aux esprits telluriques et au contem­porain des loisirs. Tandis que la bande-son des forêts nigérianes se superpose aux images des périphé­ries autrichiennes, le maître du lieu raconte un mythe fondateur qui, sous ses promesses ironiques d’éter­nité, fait entendre, fin imminente ou recommencements, l’amenuise­ment des ressources telluriques. 
–Antoine Thirion

  • Sebastian Brameshuber

Sebastian Brameshuber a étudié la scénographie à l’Université des Arts Appliqués de Vienne et le cinema au Fresnoy – Studio National des Arts Contempo­rains. Son travail a régulièrement été présenté et primé dans des festivals renommés tels que la Berlinale, la Viennale, le FID Marseille, BAFICI, Karlovy Vary ou Sarajevo Film Festival. Après Muezzin en 2009 et Und in der Mitte, da sind wir en 2014, Bewegungen eines nahen Bergs est son troisième long métrage. 

VIDÉOS

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR