Argumenty

  • Andran Abramjan
  • 2014
  • 21 min

« Arsen Borissovitch Avakov ? Ici Vladimir Jirinovski, de la Douma russe. Vous avez franchi la ligne jaune. Je voudrais vous donner quelques conseils pour vous éviter le pire, à vous et à votre gouvernement »… En pleine crise ukrainienne, Argumenty place en vis-à-vis deux visions européennes de la diplomatie : celle, orientale, d’un ahurissant coup de téléphone d’un politicien nationaliste russe au nouveau ministre de l’Intérieur ukrainien, et celle, en République tchèque mais en anglais, d’un concours qui oppose de brillants orateurs adolescents sur la possible intervention de forces étrangères en Ukraine. À l’image, une saynète vue de loin fonctionne comme un arrière-plan pendant la conversation téléphonique, créant un autre alliage dissonant : au bord d’une rivière, un homme se dévêt et se baigne nu. Peu à peu, cette installation en triptyque s’échauffe, et l’évocation par les politiciens en herbe des prolongements de la Guerre froide devient presque comique en regard du tour guère froid de l’échange téléphonique. Comment le député d’un pays « sans élections » peut-il appeler « coup d’État » la constitution du gouvernement ukrainien de février 2014 ? Y a-t-il plusieurs voies – publique et privée – pour s’opposer à la mainmise russe sur la région ? Y en a-t-il ne serait-ce qu’une ? Et qui, dans l’histoire, a le premier baissé son pantalon ? L’Homme est décidément bien nu… (Charlotte Garson)