Tous les articles par l'équipe du festival du cinéma du réel

L’Agora – Cavea d’Olivier Vadrot

Cette année, les débats des séances de compétition ayant lieu au Centre Pompidou se tiendront au Forum -1 dans l’agora du festival.

Cette agora sera constituée de l’œuvre d’Olivier Vadrot “Cavea”

Cavea : une salle de conférence nomade conçue par Olivier Vadrot

Cavea est un ensemble mobilier adaptable et nomade conçu par Olivier Vadrot, qui permet la programmation de conférences, tables rondes, workshops, pour une jauge variable.

Le dispositif est composé d’éléments autonomes en contreplaqué de bouleau (bancs, dalles de circulation, pupitres, armoires techniques) qui s’assemblent par emboîtage sur une charpente métallique légère. Le principe rudimentaire de montage permet d’impliquer des non initiés, ou des étudiants, dans sa mise en place. Conçu comme un système combinatoire, Cavea répond de manière adaptée aux espaces qui l’accueillent.

Ce projet synthétise les recherches récentes menées par Olivier Vadrot sur les proportions des assises dans différents contextes : le relevé de gradins de théâtres antiques en Italie, une collection de tabourets africains à Dakar, l’exposition d’un ensemble de bancs vernaculaires provenant de différentes communautés utopiques européennes.

Cette commande du Cnap s’inscrit dans la suite du programme « Capsules du design », initié par le ministère de la Culture et de la Communication.

Olivier Vadrot
Cavea, 2016
FNAC 2016-0234
Prêt du Centre national des arts plastiques

FEEDBACK PRO

FEEDBACK PRO

Accès libre 

Mercredi 20 mars18h20 / Centre Pompidou, Cinéma 2

Quelle circulation pour les films à l’heure des premières ?

en partenariat avec Doc&Film International

modéré par Daniela Elstner, directrice de Doc&Film International

Intervenants : Anaïs Clanet (vendeuse Wide House), Sandro Fiorin, (vendeur Figa Films), Stephanie Fuchs (chargée des festivals et placements de films Autlook Filmsales), Fabienne Hanclot (déléguée générale L’Acid), Michel Klein (producteur Les Films Hatari), Michel Lipkes (directeur artistique de FICUNAM), Davide Oberto, directeur de la sélection documentaire Torino Film Festival)

La première projection en festival d’un film a longtemps été garante de lancement d’une carrière nationale et internationale. Or, dans le marché actuel, le festival devient souvent l’unique espace pour une réalisateur/trice de se confronter à un public.

Dans ce nouveau monde, la stratégie des festivals doit s’adapter. Que signifie encore la première mondiale ? Les festivals ont-ils la responsabilité d’assurer la circulation des films ? Que pouvons-nous faire ensemble, afin de garantir aux films la meilleure exposition possible, au niveau national et international ?

Vendredi 22 mars, 14h00, Centre Pompidou, Petite Salle

Projection du film Les Apprentis d’Alain Tanner, suivie d’une table ronde 

en partenariat avec la Cinémathèque suisse

modéré par Antoine Guillot, producteur de l’émission Plan large sur France Culture

Intervenants : Julie Bertuccelli (cinéaste, présidente de la SCAM), Laurent Cormier (directeur du Patrimoine cinématographique au CNC), Joël Daire (directeur du Patrimoine à la Cinémathèque française), Alann Héry (directeur du département technique à l’INA), Frédéric Maire (directeur de la Cinémathèque suisse), Nicolas Philibert (cinéaste), Gaël Teicher (distributeur La Traverse)

Les Jurys

JURY DE LA COMPÉTITION INTERNATIONALE

Carlo Chatrian
Journaliste, auteur et programmateur, Carlo Chatrian a travaillé comme critique de cinéma pour diverses revues. Il a publié de nombreux ouvrages et a tenu des séminaires dans plusieurs écoles et institution. Directeur adjoint du Festival de films d’Alba il a également été membre des comités de sélections du Festival dei Popoli à Florence et de Visions du Réel à Nyon. Il a été le directeur artistique du Festival de Locarno de 2012 à 2018. Il est nommé directeur artistique de la Berlinale en 2019.

Mahamat-Saleh Haroun
Mahamat-Saleh Haroun fuit le Tchad en 1980 à cause de la guerre civile. Il fait des études de cinéma à Paris et se forme au journalisme. Bye bye Africa reçoit le prix du meilleur premier film au Festival de Venise en 1999, il évoque sous forme de chronique, la disparition du cinéma dans son pays. Mahamat-Saleh Haroun a été ministre du développement touristique de la culture et de l’artisanat du Tchad en 2017. Un homme qui crie (2010) et Grigris (2013) lui ont valu sa notoriété internationale.

Nino Kirtadze
Nino Kirtadzé est née à Tbilissi, Géorgie. Pendant les troubles dans le Caucase et la guerre en Tchétchénie, elle travaille comme correspondante de guerre pour l’AFP. Elle est installée en France depuis 1997 et a
réalisé entre autres Dites à mes amis que je suis mort (Fipa d’or, et Prix Louis Marcorelles à Cinéma du Réel en 2004), Un dragon dans les eaux pures du Caucase (Visions du Réel en 2005) et La Faille
(Festival de Toronto 2014).

Madeleine Molyneaux
Madeleine Molyneaux est productrice et curatrice, installée entre New York et Los Angeles. Sa société, Picture Palace Pictures, fondée en 2004, collabore avec des vidéastes, plasticiens, cinéastes et musiciens. Elle produit et représente, entre autres, les films de Kevin Jerome Everson. Madeleine Molyneaux a été programmatrice pour le Festival du Nouveau Cinéma de Montréal de 2005 à 2015 et curatrice pour le Ogden Museum of Southern Art de 2008 à 2010.

 

JURY LONGS-MÉTRAGES

Corinne Castel
Après une formation universitaire (Paris 3 / NYU, EPHE avec Jean Rouch), elle s’investit dès 1990 dans l’art contemporain et se spécialise dans la production de films ou d’installations audiovisuelles. Très intéressée par la singularité des processus de création, elle intervient sur des commandes d’artistes au Centre Pompidou dès 1993 et travaille avec différentes sociétés de production, dont Anna Sanders Films dès 1998. Elle encourage l’émergence d’un genre hybride entre art et cinéma, tout en privilégiant les approches documentaires. Elle a travaillé notamment avec Stan Douglas, Mona Hatoum, Douglas Gordon, Mike Kelley, Virgil Vernier, Mati Diop, Mohamed Bourouissa…

Michel Lipkes
Michel Lipkes a étudié au Centro de Capacitación Cinematográfica à Mexico où il enseigne à présent. Il a réalisé son premier long métrage Malaventura en 2011, sélectionné au Festival international du film de Rotterdam puis dans une trentaine de festivals internationaux. Michel Lipkes est également co-fondateur de la société de production et de distribution Axolote Ciné. Il est directeur artistique du festival FICUNAM de Mexico depuis 2019.

Claire Simon
Née à Londres, elle grandit dans le Sud de la France, étudie l’ethnologie, l’arabe et le berbère. Elle apprend le cinéma par le biais du montage, et tourne parallèlement des courts-métrages de manière totalement indépendante. Elle découvre la pratique du cinéma direct aux Ateliers Varan et réalise plusieurs films documentaires, Les Patients, Récréations, et Coûte que coûte qui seront primés dans de nombreux festivals. Elle a réalisé depuis de nombreux films documentaire et de fiction. Son dernier film documentaire Premières Solitudes a été présenté au Forum de la Berlinale en 2018. Elle termine une série documentaire, Le Village.

Béatrice Thiriet
Béatrice Thiriet reçoit en 2001 le Prix Nadia et Lili Boulanger à l’Académie des Beaux-Arts pour la création de son opéra de Chambre : Nouvelles Histoires d’Elle. Découverte au cinéma par Pascale Ferran, elle écrit la musique de Petits arrangements avec les morts, de L’Âge des possibles, de Lady Chatterley et de Bird People, film pour lequel elle est nommée aux César dans la catégorie Meilleure Musique Originale. Elle travaille avec de nombreux réalisateurs et réalisatrices, au cinéma et à la télévision : Dominique Cabrera, Jacques Deschamps, Radu Miailheanu, Joël Farges, Marc Esposito, Pierre Javaux, Xavier Durringer, Eyal Sivan.

 

JURY COURTS-MÉTRAGES

Geoffroy de Volder
Naissance en l’absence de son père évanoui précisément cinq cent ans après la mort du peintre primitif flamand Roger van der Weyden. Il conçoit ses films, textes et expositions tels des poèmes d’amour fou pour incendier le soleil une fois pour toutes ! En souriant. Son dernier film, My Dreams Are Too Intimate To Be Revealed in Public, (2001-2017), en douze parties de 135 minutes chacune, a été présenté en son intégralité tel un projet de vie : faire éclore une étoile du chaos.

Hicham Falah
Né à Casablanca en 1970. Réalisateur et chef-opérateur, diplômé de l’école Louis Lumière à Paris. Après deux courts-métrages de fiction : L’Attention (France) et Balcon Atlantico (Maroc) il a co-écrit le long-métrage Le Temps des camarades (Maroc) et une trentaine de documentaires pour différentes chaînes thématiques. La majorité d’entre eux posent un regard décalé sur les coulisses de la vie politique française. Il est aujourd’hui producteur et collabore à la programmation de différentes manifestations cinématographiques au Maroc et en France. Depuis 2012, il est le délégué général du Festival International de Documentaire d’Agadir.

Murielle Joudet
Murielle Joudet est critique de cinéma. Elle écrit pour Le Monde, Les Inrockuptibles, participe aux émissions « La Dispute » (France Culture) et « Le Cercle » (Canal+) et anime une émission d’entretiens sur le cinéma, « Dans le film », sur hors-serie.net. Elle a publié en 2018 une monographie sur Isabelle Huppert aux éditions Capricci.

 

LE JURY DES JEUNES

Louise Devillard (Université Paris Nanterre)

Florentine Kehm (EHESS)

Iliass Iarochene (Collectif Tribudom)

Garance Le Bars (Université Paris 8)

Amandine Nana (CPES-Université PSL)

Arnaud Pouzargues (Université Paris 8)

Catherine Rascon
Chef Monteuse, depuis 1980. Membre des Ateliers Varan, intervenante sur les stages à Paris, au Venezuela, au Vietnam et au Portugal. Administratrice d’Ecole et Cinéma et membre de son groupe de réflexion. Intervenante à la Fémis, au DESS de Lussas et dans diverses rencontres et colloques en France et à l’étranger. Elle travaille régulièrement avec Stéphane Breton, Frédéric Laffont, Claire Simon, Wang Bing…

 

AUTRES JURYS :

LE JURY DES BIBLIOTHÈQUES

Saad Chakali (médiathèque Edouard Glissant)

Naïg Lyver (bibliothèque Médriadeck)

Nicolas Keltchewsky (médiathèque Landowski)

 

COMMISSION NATIONALE D’IMAGES EN BIBLIOTHÈQUES

Composée de bibliothécaires, la commission sélectionne des documentaires récents pour une diffusion dans les bibliothèques.
Partenaire de Cinéma du réel, la commission choisit, avec le service audiovisuel de la Bibliothèque publique d’information,
des films de la compétition pour une acquisition par l’un des trois catalogues partenaires : Images de la culture
– CNC, l’Adav et le Catalogue national de la Bpi – Les yeux doc. Géré par la BPI, ce dernier catalogue constitue une ressource
précieuse pour les bibliothèques qui programment et proposent des documentaires en prêt tout au long de l’année.

 

LE JURY DES DÉTENUS DE LA MAISON D’ARRÊT DE BOIS D’ARCY

Décernera le Prix des détenus de la Maison d’arrêt de Bois d’Arcy à un court métrage en compétition

 

 

Le festival parlé

Le « festival parlé » est une journée proposée au public pour poser la question : « qu’est-ce que le documentaire ? ».

En partenariat avec l’Université Paris Sciences et Lettres

Lundi 18 mars, de 11h30 à 22h / Centre Pompidou, Forum -1, Petite salle

En 2019, pour ce premier « festival parlé », 3 tables rondes seront organisées afin d’explorer de manière transversale le positionnement documentaire dans différentes disciplines comme la philosophie, l’architecture, le théâtre, la danse, l’art contemporain, la photographie et le cinéma.

#1 « LE FAIT DIVERS ET L’HISTOIRE » I de 11h30 à 14h

Une table ronde animée par Antoine de Baecque, historien et critique de cinéma

Avec Yolande Zauberman, cinéaste et Gilles Saussier, artiste photographe et professeur à l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP) à Arles

Événement anodin, le fait divers relève de l’ordinaire et de l’anecdote. Mais de cette actualité éphémère, le geste documentaire vient questionner la portée plus générale. Par là même, le documentaire a aussi pour tâche de révéler la charge historique du fait divers, pour élaborer son propre rapport à l’Histoire, dont il devient alors le témoin, sinon le révélateur.

Suivi d’une conclusion-performance par Elizaveta Konovalova

#2 « LE DÉSIR DE L’AUTRE ET LA PLACE DE L’AUTEUR » I de 15h à 17h30

Une table ronde animée par Sylvain Bourmeau, journaliste et producteur de “La Suite dans les idées” sur France Culture, professeur associé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Avec Alice Diop, cinéaste, Patrick Bouchain, scénographe

Alors que la fiction ne porte la trace que du seul désir de son auteur, le documentaire se tisse aussi avec le désir de l’autre. Le documentaire se construit dans une relation à l’autre, il se construit avec, et s’il se construit contre c’est toujours tout contre. La place de
l’auteur n’en est que plus aiguë dans la distance paradoxale que celui-ci entretient avec son objet : elle se détermine ainsi dans les choix de mise en scène qui la rendent d’autant plus visible ou assumée.

Suivi d’une conclusion-performance par Marcelline Delbecq / Jenny Teng

#3 « LE RÉCIT ET L’EFFET DU RÉEL » I de 18h30 à 22h

Une table ronde animée par Alice Leroy

Avec Claudine Bories et Patrice Chagnard, cinéastes, Emilie Rousset, Louise Hémon, créatrices de « Rituels », une collection évolutive de films et performances et Dominique Petitgand, musicien

Le récit ordonne le disparate du monde, il structure et hiérarchise les faits. Le documentaire au contraire, est le lieu de l’accident, de l’imprévu, du verre qui se brise et qui soudain dans un effet de réel, témoigne de ce qui existe. Dans quelle mesure cette contradiction apparente permet-elle de penser le récit documentaire ? Il y a t’il tension ou contradiction entre l’un et l’autre ? Comment dans le travail de l’œuvre l’un et l’autre trouvent-ils leur place ?

 

Les Prix

LE JURY DE LA COMPÉTITION INTERNATIONALE REMETTRA :
  • Le Grand Prix Cinéma du réel doté de 8000 euros  par la Bpi avec le soutien de la Procirep
  • Le Prix international de la Scam doté de 5000 euros par la Scam
LE JURY LONG MÉTRAGE REMETTRA : 
  • Le Prix de l’Institut Français – Louis Marcorelles doté de 7000 euros par l’Institut français à un long métrage francophone dans la sélection française ou de la compétition internationale
  • Le Prix Loridan-Ivens / CNAP doté de 7500 euros par Capifilm et le CNAP à un premier long métrage de la sélection française ou de la compétition internationale
  • Le Prix de la Musique originale doté par la Sacem pour une valeur de 1000 euros à un long métrage de la sélection française ou de la compétition internationale
LE JURY COURT MÉTRAGE REMETTRA : 
  • Le Prix du Court Métrage doté de 2500 euros par la Bpi et en prestation de service à hauteur de 1000 euros par CinéCim
  • Le Prix du court métrage Tënk doté en achat de droits à hauteur de 500 euros pour une diffusion sur la plateforme
LE JURY JEUNES REMETTRA :
  • Le Prix Ciné+ doté d’une valeur de 15 000 euros sous la forme d’achat de droits est destiné à soutenir la sortie en salle du film à un long métrage de la compétition internationale ou de la sélection française
AUTRES PRIX : 
  • Le Prix des Bibliothèques doté par la Direction générale des médias et des industries culturelles, Ministère de la Culture et de la Communication décerné par un jury de bibliothécaires à un film de la compétition internationale
  • Le Prix du Patrimoine de l’Immatériel décerné et doté par le Département du pilotage, de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication à un film de la compétition internationale ou de la sélection française
  • Le Prix des détenus de la maison d’arrêt de Bois D’Arcy est décerné par un jury de détenus à un court métrage français ou étranger