PAY-LESS MONUMENT de Theodora Barat

Situé dans un New Jersey actuel et semi-urbain, le film de Théodora Barat raconte la mise en scène d’une certaine Amérique, qui, sous ses couches d’histoires victorieuses et combatives, en devient lumineuse, à l’instar de l’héritage de la ville Menlo Park rebaptisée Edison, et de minéraux fluorescents, objets de toutes les convoitises pour les habitants convertis en chercheurs de pierres.

À force de répétitifs coups de marteaux contre la roche ou d’une présentation power point ponctuée de raisonnements scientifiques discutables justifiant la présence locale d’aliens, les habitants deviennent à la fois acteurs et narrateurs de leur histoire, essayant de se convaincre eux-mêmes de la préciosité de leur lieu de vie, de ce New Jersey, terre qui pouvait être considérée jusque-là uniquement du point de vue de sa position géographique, oubliée et coincée entre deux pôles de concentration urbaine que sont New-York et Philadelphie.

En cela, l’action et la parole citoyenne font de ces décors d’ancienne base militaire des espaces qui n’attendent qu’â être racontés pour exister à nouveau et s’inscrire durablement dans l’histoire nationale.  La cinéaste, elle, raconte une autre histoire, non moins complexe, celle d’une quête d’indices à travers la roche et l’espace, celle d’une identité encore et toujours en construction. 

J.A