CAMPO / Les descendants d’Icare

CAMPO de Tiago Hespanha / Les descendants d’Icare

Le cinéma de Tiago Hespanha se caractérise par le territoire dans lequel il s’inscrit, qui se définit à la fois par son histoire, son utilisation et sa mythologie. Cinéaste-topographe, il sonde le paysage, et la communauté qui le façonne, afin d’en extraire une cartographie des imaginaires, collectifs et intimes.

Au cœur du Campo de Tiro – plus grande base militaire d’Europe située à Alcochete au sud de Lisbonne, le documentariste portugais illustre la sémantique du mot campo, le champ, renvoyant à la genèse de la civilisation humaine : d’un côté, l’agriculture qui sédentarise et rassemble les hommes autour de cités ; de l’autre, la guerre qui cristallise aussi bien le génie technologique de l’Homme que son désir autodestructeur.

Or, de cette polysémie, Tiago Hespanha tire une unité visuelle et thématique se fondant sur un jeu d’échos et d’altérations. Entre l’explorateur méticuleux et l’artiste omniscient, il enregistre la pléiade disparate des rituels des habitants singuliers du Campo de Tiro. Le cinéaste ne cherche aucunement l’exhaustivité, il structure son œuvre grâce à des allitérations, sonores ou visuelles, afin d’exalter l’harmonie de ce territoire hétéroclite. Campo est perpétuellement mis en tension par cette dichotomie entre l’harmonie et le chaos.

Empreint d’une cosmogonie chrétienne, le documentaire est traversé par la notion de damnation : une humanité naissant du chaos pour retourner au chaos. Or, dans ce sempiternel cycle de vies et de morts, l’Homme oublie son propre supplice malgré les signes répétés, comme la disparition des abeilles rapportée par les apiculteurs portugais. De cette débâcle naît pourtant une certaine beauté, à l’instar de ces détonations se révélant être progressivement des feux d’artifice fendant majestueusement la nuit.

À travers le mythe de Prométhée, Tiago Hespanha fédère la communauté qu’il construit autour de cette volonté d’atteindre ou de comprendre les cieux. Dans sa transposition de la Genèse, l’Homme surgit sous la forme de parachutistes et aura comme dessein de le regagner, par la spiritualité ou la technologie. Ornithologue, astronomes, pilotes de l’air, compositeur en herbe inspiré par Star Wars, toute cette communauté observe le ciel en vue de fuir les cauchemars, chimériques ou réels, que renferme cette parcelle de terre à l’accès réglementé.

–Robin Miranda

Réalisé par Tiago Hespanha // Prochaine projection le mercredi 20 mars 21h30