Sélection internationale

24 films : 11 courts métrages / 13 longs métrages

EL AÑO DEL DESCUBRIMIENTO (The Year of the Discovery) de Luis López Carrasco
2020 / Espagne, Suisse / 200’

En 1992, dix ans après la victoire du parti ouvrier de Felipe González, l’Espagne donne l’image d’un pays civilisé, moderne et dynamique. Cependant, dans la ville de Carthagène, située dans le sud-est du pays, émeutes et manifestations s’achèvent par l’incendie de la préfecture régionale à l’aide de cocktails molotov.

ASWANG de Alyx Ayn Arumpac
2019 / Philippines, France / 82’

En l’espace de deux ans, plus de 20 000 hommes, femmes et enfants sont tués aux Philippines au cours de la guerre contre la drogue menée par Duterte. Un petit garçon naît dans ce système cruel qu’un homme essaie de combattre.

BACK TO 2069 de Elise Florenty, Marcel Türkowsky
2019 / Belgique, France, Allemagne / 40’

Dans la mer Egée, il est une île battue par les vents, Lemnos, où le mythe homérique rencontre l’esprit de notre époque caractérisée par le virtuel. Un homme solitaire y fait l’expérience de différents états d’incarnation et de désincarnation.

BEYNIMDEKI MISMARLAR (Nails In My Brain) de Hilal Baydarov
2020 / Azerbaïdjan / 80’

Les errances d’un jeune homme dans les ruines de ce qui est – peut-être – la maison de son enfance, où chaque porte délabrée ouvre sur le passé. Quelle qu’ait pu être sa volonté de changer, il retourne toujours vers les mêmes endroits, les mêmes questions, les mêmes visages, les mêmes souvenirs – les mêmes clous plantés dans son cerveau.

BRING DOWN THE WALLS de Phil Collins
2020 / Allemagne, Etats-Unis / 88’

Ce film aborde le complexe carcéro-industriel américain à travers le prisme de la house music et de la vie nocturne, faisant du dancefloor un espace de libération personnelle et collective et proposant de nouvelles perspectives pour créer du lien dans nos sociétés.

CARROUSEL de Marina Meijer
2019 / Pays-Bas / 68’

À Rotterdam, un centre a pour mission d’aider les jeunes hommes issus de milieux difficiles à se construire un avenir. Endurcis par leur passé et soutenus par des mentors à la patience inépuisable, ils s’efforcent de trouver un chemin vers la société « normale ».

DON’T RUSH de Elise Florenty, Marcel Türkowsky
2020 / Belgique, France, Allemagne / 53’

Sur l’île de Lemnos, un soir d’été, trois jeunes hommes se réunissent pour ressentir l’ivresse d’une douzaine d’ « Hasiklidika », chansons Rebetiko qui célèbrent les effets du hachisch et une certaine idée de la liberté par delà la violence et les souffrances de l’exil.

EXPEDITION CONTENT de Ernst Karel, Veronika Kusumaryati
2020 / Etats-Unis / 78’

Expedition Content a été créé à partir du fonds d’archives sonores de l’expédition Harvard Peabody en Nouvelle-Guinée néerlandaise (1961). Dans cette rencontre avec le peuple Hubula (plus connu sous le nom de Dani), cette oeuvre donne à voir une image parallaxe des histoires croisées de l’enregistrement de terrain, du film ethnographique, et du colonialisme.

JIA TING HUI YI (The Choice) de GU Xue
2020 / Chine / 66’

La tante est en unité de soins intensifs. Son fils, Shi Hengbo, appelle toute la famille pour trouver une solution à cette situation. Mais durant cette réunion, personne n’est d’accord.

LIMBO de Alexander L. Fattal
2019 / Colombie, Etats-Unis / 25’

Un voyage onirique dans la vie d’Alex, ancien guérillero chez les FARC, au cours duquel il se retrouve confronté à ses démons. À l’intérieur d’un camion transformé en chambre noire, Alex nous raconte son expérience de la guerre et les séquelles laissées par celle-ci.

ONTEM HAVIA COISAS ESTRANHAS NO CÉU (Yesterday There Were Strange Things in the Sky) de Bruno Risas
2019 / Brésil / 110’

Mon père ayant perdu son emploi, ma famille entière a dû retourner vivre dans notre maison de Bresser, un vieux quartier ouvrier de São Paulo. Ils ne sortent pas de la journée et se disputent beaucoup. Les chiens aboient. Pendant ce temps, je les filme.

MAKONGO de Elvis Sabin Ngaibino
2020 / Centrafrique, Argentine, Italie / 72’

André et Albert sont deux jeunes pygmées Aka (République Centrafricaine). Ils sont parmi les rares de leur communauté à étudier.

NACH ZWEI STUNDEN WAREN ZEHN MINUTEN VERGANGEN (After Two Hours, Ten Minutes Had Passed) de Steffen Goldkamp
2019 / Allemagne / 20’

Le temps comme punition : détenus mineurs et pesanteur des corps dans l’espace carcéral.

NUIT DEBOUT (Up At Night) de Nelson Makengo
2019 / République Démocratique du Congo, Belgique / 20’

résistance > abandonnée à elle-même comme un poussin sans mère,
comme une marmite sans couvercle, comme une maison sans fenêtre,
sans porte, comme une porte sans serrure, comme une serrure sans
clef…

RESERVE de Gerard Ortín Castellví
2020 / Espagne / 27’

En Alava (Pays basque). Le film expose certaines conséquences de la réduction
drastique du nombre de loups, ainsi que les différentes interventions de
l’homme afin de neutraliser cet animal.

RESPONSABILIDAD EMPRESARIAL
(Corporate Accountability) de Jonathan Perel
2020 / Argentine / 68’

Ce film se base sur un livre qui n’a jamais été imprimé : le rapport du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, qui rassemble pour la première fois 25 études de cas permettant de démontrer la responsabilité des entreprises dans la répression qu’ont subie leurs ouvriers.

SIGNAL 8 de Simon Liu
2019 / Hong Kong, Etats-Unis, Royaume-Uni / 14’

La vie reprend son cours à Hong Kong, alors que les traces laissées par
la mobilisation citoyenne se transforment en lieux de mémoire. Les ornements imitant la nature se révèlent parfois défaillants, transformant le spectacle en avertissement.

LA SOMBRA DEL DESIERTO (O EL PARAÍSO PERDIDO) / The
Shadow of the Desert (or Paradise Lost)
de Juan Manuel Sepúlveda
2020 / Mexique / 80’

Alors qu’une caravane de migrants attend de traverser le dangereux désert
d’Altar pour rejoindre les États-Unis, les derniers Amérindiens du désert
survivent à une diaspora qui les a poussés au bord de l’extinction.

SUBJECT TO REVIEW de Theo Anthony
2019 / Etats-Unis / 37’

L’intégration du système d’assistance vidéo Hawk-Eye dans le tennis professionnel révèle des interrogations plus profondes concernant les notions de spectacle et de justice, ainsi que sur l’imperfection de toute connaissance humaine.

TAPE 39 de Amit Dutta
2020 / Inde / 16

Jangarh Singh Shyam, célèbre artiste indien né dans un village tribal isolé,
s’est suicidé dans un musée japonais en 2001. J’ai retrouvé sur une vieille cassette MiniDV les images d’un voyage que j’avais entrepris en 2008, lorsque j’étais parti à sa recherche dans sa région natale.

THOSE THAT, AT A DISTANCE, RESEMBLE ANOTHER de Jessica Sarah Rinland
2019 / Royaume Uni, Argentine, Espagne / 67’

Ce film, qui a pour protagoniste une défense d’éléphant, est une méditation
sur l’infinie tactilité de la conservation muséologique et écologique. Il nous
invite à réfléchir sur la façon dont sont représentés, reproduits et incarnés
divers matériaux, disciplines et institutions.

THE TWO SIGHTS / AN DA SHEALLADH de Joshua Bonnetta
2020 / Grande-Bretagne, Canada / 88’

Les Hébrides extérieures ont longtemps eu pour réputation d’être habitées
par des devins ayant le don de double vue, c’est-à-dire la capacité de prédire
l’avenir. Ce film analyse la relation entre un lieu et les récits relatifs à ce lieu,
ainsi que les influences qu’ils peuvent exercer l’un sur l’autre.

THE WASP AND THE WEATHER de Robin Vanbesien
2019 / Belgique, France / 19’

L’ancien club des jeunes de Rzoezie avait été fondé par des jeunes gens d’ascendance marocaine et amazighe à Mechelen, en Belgique : certains d’entre eux écrivaient de la poésie. Auteurs originaux et poètes contemporains
discutent ici de ces poèmes, analysant l’écho qu’ils peuvent avoir dans le climat social et politique actuel.

WE STILL HAVE TO CLOSE OUR EYES
de John Torres
2019 / Philippines / 13’

Collage de scènes filmées à proximité de plateaux et de lieux de tournage
à Manille, ce court-métrage se regarde comme une fiction – cadeau à une
enfant du nom d’Aki Tala, qui regardera quand elle aura grandi l’oeuvre de
son père pour la première fois.