Tom Hurwitz – The Young Fighter

Tom Hurwitz Directeur de la photographie

The Young Fighter

Si je devais choisir l’un des films de mon père comme “film invisible”, je choisirais The Young Fighter (1953). Bien qu’il ait été diffusé à la télévision aux Etats-Unis en 1953 dans le cadre de l’émission Omnibus, on ne sait pratiquement pas à quel point ce film a fait école. Il fut le premier à utiliser un équipement portatif de son synchrone afin de filmer la vraie vie, la parole documentaire. À ce titre, ce fut le premier film de « cinéma vérité », et de surcroît un très bon court-métrage dans son genre. Plusieurs années plus tard, il a contribué à persuader l’équipe de Robert Drew chez Time-Life Films que des films d’une puissance unique pouvaient être produits grâce à cette technique ; il a également influencé le travail d’ingéniérie de Leacock et Pennebaker dans leur élaboration des premières caméras légères, silencieuses et capables d’enregistrer le son synchrone. Il a fallu des années pour que les réalisateurs et les monteurs apprennent à monter des rushes de « cinéma direct » avec le talent et la fluidité que Leo avait atteintes dans The Young Fighter.

Traduit de l’anglais par Olivia Cooper Hadjian et Aurélia Georges