Les Matinales

Les matinales se dérouleront du 19 au 22 mars de 10h30 à 13h à la Maison de la Poésie.

Quatre rendez-vous pour créer des ponts entre professionnels confirmés et émergents :

Mardi 19 mars I 10h30-13h00
Une saison de documentaires en salle de cinéma : quelles pratiques pour quels films ?
en partenariat avec Documentaire sur grand écran et l’Acid

Accès libre sur inscription 

Modération : Régis Sauder, cinéaste, co président de l’Acid et Laurence Conan, chargée de développement à Documentaire sur grand écran

Intervenants : Vanessa Ode (Programmatrice Art et Essai CGR), Morgan Pokée (Le Concorde à la Roche sur Yon), Clémence Renoux (Le Cigalon à Cucuron), Emmanuel Vigne (Le Méliès à Port de Bouc)

Quatre directeurs-trices ou programmateurs-trices de salle de cinéma sont invités à faire part de leurs choix et de leurs façons de programmer les films documentaires sortis en salle au cours de l’année 2018. Existe-t-il des « politiques de programmation » spécifiques ? De nouvelles pratiques et de nouveaux récits pour accompagner ces films ? L’instauration de rendez-vous réguliers ? Une mise en œuvre en lien avec des associations nationales et locales ? Des formes inédites de partenariats, de convivialité, dans la salle et avec son environnement ?

Mercredi 20 mars I 10h30-13h00
Démontage d’un montage : La Liberté de Guillaume Massart
en partenariat avec Périphérie

Accès libre sur inscription 

Gildas Mathieu, responsable de Cinéastes en résidence à Périphérie Guillaume Massart et Alexandra Mélot — réalisateur et monteuse du film La liberté — vous invitent à une réflexion collective sur les choix effectués lors du montage de ce long métrage. Retour sur sept mois de résidence à Périphérie à Montreuil et sur les enjeux, les joies et les peines de l’expérience du montage documentaire.

La Liberté de Guillaume Massart, produit par Triptyque Films et Films de Force Majeure, sorti en salles le 20 février 2019 par Norte Distribution : dans la plaine orientale Corse, Casabianda est un centre de détention très singulier, au sein d’un vaste domaine agricole. Cette prison qu’on dit « ouverte » n’a rien à voir avec les prisons habituelles : à la place des barreaux, des murailles ou des miradors, les arbres, le ciel et la mer… Au fil des saisons, une année durant, Guillaume Massart s’y est rendu afin de comprendre ce que change cette incarcération au grand air. Sous les frondaisons ou sur la plage, la parole des détenus, d’ordinaire passée sous silence, se libère petit à petit…

Jeudi 21 mars I 10h30-13h00
Créer un documentaire pour le cinéma ou pour la radio : un même métier ?
en partenariat avec France Culture

Accès libre sur inscription 

Modération : Perrine Kervran, documentariste audio et productrice coordinatrice de LSD, la série documentaire pour France culture

Intervenants : Aline Pénitot, documentariste radio et compositrice électroacoustique, Cédric Dupire, cinéaste

Aline Pénitot est l’auteure de la série Oublier Moby Dick (une exploration sonore du monde des cétacés) qui sera diffusée du 25 au 28 mars sur France Culture et dont le 3e épisode, La réponse de la baleine à bosse, sera diffusé en avant première le jeudi 21 mars à 18h30 au Centre Pompidou. Celle qui écoute et celui qui regarde : quand une documentariste sonore rencontre un documentariste image pour partager leur expérience et leur appréhension du monde. Comment on raconte le réel avec la parole et les sons ? Qu’est-ce qu’on fait des visages, des corps et du décor ? Comment fait-on passer ce que l’on voit ? Est-ce qu’on décrit, est ce qu’on crée des images sonores, est ce qu’on laisse de l’espace pour que l’auditeur invente ses propres images ? Comment est-ce qu’on travaille le son dans un film ? Qu’est-ce qu’on met à l’image ? Qu’est-ce qu’on fait entendre et comment ? Est-ce qu’on réfléchit un projet de la même manière quand on travaille pour la radio ou l’image ? Est-ce la même chose d’être enregistré ou filmé ? Et si finalement la
démarche documentaire c’était simplement une même curiosité pour le réel, qu’on le donne à voir, où qu’on le donne à entendre.

Vendredi 22 mars, 10h30-13h00
Matinée des idées : filmer la réalité invisible?
en partenariat avec la SRF (Société des Réalisateurs de Films)

Accès libre sur inscription

Modération : Dork Zabunyan, professeur en cinema à l’université Paris 8

Intervenants : Raphaël Siboni, Antoine Viviani, Kaori Kinoshita et Alain Della Negra (cinéastes) et Mokhrane Bouzegoub (chercheur) / d’autres intervenants viendront compléter le panel (plus d’informations en ligne)

La modernité a fait naître un espace incommensurable par­deçà ce qui se voit, au-delà de ce qui s’entend et se devine. L’immatériel et le virtuel investissent nos mouvements, nos modes de consommation et nos choix politiques. Comment voir, entendre et montrer, rendre au visible ce qui en participe par-devers nous ? C’est à cette question que sont aujourd’hui confrontés ceux qui approchent le réel par leurs films. Comment le documentaire, art long et art du visible, peut – il rendre compte de l’immédiateté et de l’insoupçonné à l’œuvre ? Le Cinéma du Réel et la SRF convient cinéastes et chercheurs pour défricher des pistes de travail et de pensée et débattre de la manière dont le documentaire peut encore s’emparer du réel.
La matinée sera consacrée à l’appréhension des nouvelles formes de la contrainte politique et de la violence d’Etat et abordera plus avant la place de l’information et des données dématérialisées.

Nos invités politologues, sociologues ou scientifiques, les chercheurs expliciteront les formes et les images qu’ils estiment aujourd’hui “manquantes” ou inabouties. A travers leur pratique, leurs interlocuteurs cinéastes feront part de l’exploration à l’oeuvre et de leurs désirs de documentaire.

*Les prises de paroles se déroulent exclusivement en français