Jérôme Prieur – Ich bin Wanda

Jérôme Prieur Cinéaste et écrivain

Ich bin Wanda

de Katja Raganelli et Konrad Winckler (1991, Allemagne, 61 min.)

Voici pour moi un film vraiment invisible, inexplicablement invisible. S’il a été diffusé par la Sept autrefois, depuis rien, silence, impossible de le voir en France (même Isabelle Huppert ne l’a pas fait figurer dans la réédition à laquelle elle tenait tant de Wanda). Je ne m’en souviens plus, je ne sais même plus si je l’ai déjà vu, mais il en existe au moins une copie quelque part en Allemagne. Et Barbara Loden y est, dedans, comme dans le lit de la Belle au bois dormant.

Pourtant on la voit dans ce documentaire allemand (merci à ses deux auteurs), on l’entend, elle parle, elle nous dit : « Je suis Barbara Loden ». Il est temps d’entendre sa voix et de retrouver son visage. Il est temps de l’écouter nous dire comment elle a pu réaliser ce long métrage aux couleurs saturées comme du super 8, avec l’énergie du désespoir, en quatrième vitesse. Il est temps que Barbara Loden, disparue prématurément, réalisatrice d’un météorite de l’histoire du cinéma américain indépendant, revienne vers nous comme son héroïne qui avance en habit blanc et chevelure de bigoudis sur les terrils de poudre noire, comme la poésie au milieu du réalisme le plus brûlant.