Jacques Aumont – Il Barocco leccese

Jacques Aumont Chercheur, critique de cinéma

Il Barocco leccese

Dans l’infinie diversité des films maudits, disparus ou perdus, en voici un dont je suis particulièrement curieux : le film de Carmelo Bene sur le baroque à Lecce, Barocco leccese, court métrage d’une dizaine de minutes (?) réalisé en 1967.

C’est sans doute à partir des quelques bobines effectivement tournées dans des églises baroques de Lecce, que Bene put commencer ce qui allait devenir son premier long-métrage et son chef-d’oeuvre, Notre- Dame des Turcs. De fait, dans ce film, se trouvent de nombreux plans tournés dans la cathédrale d’Otrante, notamment dans son ossuaire. Cependant, selon divers témoignages sur cette période, il semble bien que le court-métrage qu’il s’était engagé à réaliser l’ait effectivement été : il y aurait eu, non seulement des rushes, non seulement ces traces patentes dans le film de fiction, mais un documentaire en bonne et due forme.

On peine à imaginer d’ailleurs quelle forme a pu prendre un tel film. Il est hors de question qu’il ait été un simple bout à bout de photographies plus ou moins artistiques. La question du baroque, pour Bene, n’était pas simplement un thème de l’histoire de l’art, mais une question actuelle, centrale à sa définition de la vie. Quant au Sud italien, d’où il était originaire, il le voyait comme le lieu de culture par excellence de la péninsule. Comment filmer l’architecture et la sculpture ? comment les filmer de manière à dire qu’elles incarnent des valeurs artistiques essentielles ? comment filmer le sud du sud ? et surtout, comment rendre tout cela poétique, par soi-même ?

Il se peut que ce film n’ait, en vérité, jamais existé : il n’aurait été que le prétexte pour commencer, en catimini, la réalisation d’un projet ambitieux de premier film, pour lequel peut-être un producteur n’aurait pas aimé se risquer. Il se peut que ce ne soit que l’un des petits ou grands mensonges de la biographie de Carmelo Bene. Ma curiosité reste infinie.