Federico Rossin – Mon invisible

Federico Rossin Critique et programmateur

Mon invisible

Mon film invisible est Mueda, mémoire et massacre (Mueda, Memória e Massacre) de Ruy Guerra (1979). J’ai découvert ce film grâce à un ami, un grand cinéaste, John Gianvito. Il m’en a parlé comme d’un chef d’oeuvre perdu du cinéma, comme d’un film essentiel dont on a perdu la trace. J’ai lu ensuite comment Guerra, né au Mozambique avant d’émigrer au Brésil, retourne dans son pays natal pour tourner le premier long métrage jamais réalisé là-bas. Il choisit un épisode terrible, le massacre de Mueda le 16 juin 1960, au cours duquel l’armée coloniale portugaise extermina plus de 600 personnes qui réclamaient la fin des travaux forcés. Guerra fait un film foncièrement radical qui entrelace vertigineusement reconstitution, fiction et documentaire et associe les survivants du massacre et les nouveaux habitants de Mueda à sa réalisation. J’ai cherché partout une copie DVD de Mueda et contacté des collectionneurs sur tous les continents sans jamais parvenir à en voir ne serait-ce qu’une séquence : c’est comme si, par la force des mots de John, ce film était planté dans mon coeur comme une épine. Je voudrais pouvoir en finir avec cette douleur – qui tient moins de la boulimie cinéphilique que de la colère politique – en le voyant enfin pendant le festival.

Traduit de l’italien par Muriel Carpentier